1. Photographier Marianne (2)


    datte: 12/06/2018, Catégories: Hétéro, Auteur: eolhc,

    te fermer” Toujours aucune réaction, elle respirait fort et mouillait toujours, ce qui rendait son entre jambe luisante. Je suis allé chercher un petit plug noir surmonté d’un brillant vert vert et je l’ai introduit sans ménagement dans son anus encore bien humidifié. Elle a eut un moment de crispation et un petit cri étouffé. Je pensais qu’elle avait perdu toute émotion mais cette manifestation me rappelait qu’une femme était là devant moi, attachée et prête à subir tous mes vices. Marianne... Et puis j’ai dérogé a mon planning. Elle était tellement belle devant moi et elle semblait tellement avoir envie de jouir, que je me suis déshabillé dans son dos. Je me suis placé devant elle, son visage était face à ma queue, un soupçon d'intérêt semblait traverser son regard “Je ne l’avais pas prévu, mais je vais te prendre maintenant, tu es tellement désirable que je ne peux pas résister.” Je bandais comme un âne et ma queue tendu à quelques centimètres seulement de son visage était une image très excitante. Je me suis positionné derrière elle, à genoux, mon sexe approchait du sien et j’ai touché l’entrée de ses lèvres. Son souffle s'accélérait tandis que je n’étais pas encore en elle. J’ai avancé mon bassin très doucement, ma queue entrait en elle dans une lenteur parfaite... Pour son plaisir. Son souffle devenait de minuscules gémissements et lorsque la moitié de ma bite fut en elle, elle commença à se tordre, tirant sur ses bras menottés, arrondissant son dos, baissant sa tête. ...
    Je ne voyais pus son visage qui avait disparu derrière ses cheveux blond. Elle commençait même à trembler... Je suis ressorti, toujours dans la même lenteur, pour mieux me réintroduire. Et son gémissement est devenu plus extérieur moins empêché. Elle se laissait aller en un simple aller et retour. J’ai continué de la prendre, de plus en plus profondément, de moins en moins lentement et ses gémissements se sont transformés en cris francs en seulement deux ou trois minutes de se traitement sexuel. Sa réaction était très excitante et je prenais beaucoup de plaisir, mais le rythme ne suffirait pas à me faire jouir... Alors j’ai pris les choses en mains pour mon plaisir. “ça suffit, la douceur. je vais te baisser comme il faut” J’ai poussé sur son dos, sa tête s’est retrouvée au sol, la joue collé par terre, je suis sorti d’elle pour me remettre sur mes pieds et me suis réintroduit rapidement et à fond... Elle a poussait son premier vrai grand cri, une grimace sur son visage...elle se lâchait. Et j’ai commencé à lui tirer des gémissements et d’autres grimaces en la limant frénétiquement. Avec mes mains, j’entourais ses hanches, empêchais qu’elle n’ait se réflexe de fuites en avant, mes couilles claquaient sur son clito et ma queue gagnait en forme sous l’excitation de la situation. J’ai tenu la cadence quelques longues minutes, son corps se tendait de plus en plus, ses muscles se crispaient et sur son visage je pouvais voir la montée du plaisir... Elle finit par jouir, puissamment ...
«1234...»