1. Début de soumission


    datte: 12/06/2018, Catégories: fh, hplusag, hsoumis, fdomine, revede, massage, Oral, nopéné, sm, yeuxbandés, Auteur: Mariechriss, Source: Revebebe

    espèce de vibration permanente sans jouir mais qui lui fait tourner la tête et la fait gémir. — C’est bien mon nounours. Continue, ta langue est divine, tu n’as pas besoin de ta queue pour faire jouir les femmes. Ouiiii, c’est bon comme cela ! Et maintenant prends ma chatte et lèche-la bien, mais attention, n’oublie pas, pas de suçage. Alors la langue de Bébert s’empare de la chatte de Marie-Claude et commence une ronde subtile, délicate, jouant entre le clitoris et les petites lèvres, la glissant dans la fente qui ruisselle. Il s’abreuve de ce jus divin car il a soif. La source est inépuisable et Marie-Claude part dans un premier orgasme qu’il a la tentation d’arrêter juste avant son déclenchement. Mais un réflexe de survie lui dit qu’il vaut mieux aller jusqu’au bout avec cette petite car, sinon il pourrait le payer cher. Alors sa langue se fixe sur le bouton turgescent et il le lèche avec application, avec gourmandise. Il sent, il « voit » l’orgasme jaillir du corps de Marie-Claude dans un cri spasmodique. — AHHHHHH ouiiiiiiii, tu es génial Bébert, ahh encore ne t’arrête pas, j’en veux douze comme cela, ouiiii lèche-moi bien, tu es génial à ce jeu, j’ai bien fait de te priver de tes mains, elles auraient tout gâché. Ouiii, continue Bébert, encore trois ou quatre comme cela et tu auras gagné le droit de jouir toi aussi. Ahhh c’est bon, encore, encore, ouiiiii Les coups de rein de Marie-Claude sont violents et le nez de Bébert souffre un peu au passage mais il continue son ...
    léchage. Il sait qu’il peut dominer Marie-Claude mais pour cela il doit être libre et, curieusement ce n’est pas forcément quelque chose qui lui manque. Longtemps, il a léché Marie-Claude en se concentrant presque exclusivement sur sa chatte et plusieurs orgasmes se sont succédés. Il ne se souvient plus combien mais, tout ce dont il se souvient, c’est d’être tombé par terre d’épuisement et que, Marie-Claude n’a rien dit, épuisée elle aussi par tant de plaisir. Après ce qui lui a semblé être une éternité, il a senti une bouche qui se refermait sur son sexe et qui le suçait lentement. Et ce fut à son tour de gémir, Marie-Claude aussi sait sucer les hommes et elle le fait se tordre de plaisir longtemps lui aussi. Jusqu’à la délivrance finale, dans la bouche de Marie-Claude qui, généreusement avale tout le sperme jaillissant de la queue si fière quelques secondes auparavant. Elle se repaît de ce jus âcre, visqueux mais qu’elle aime par-dessus tout. — Tu es bon Bébert, je sens que tu vas être un bon nounours, et si tu es bien sage et obéissant tu m’auras sans difficulté, je te le promets. En attendant, tu te couches comme tu es, moi je vais dans ma chambre dormir. Bonne nuit. Et sur ces paroles, elle sort de la chambre en titubant de fatigue et en laissant Bébert comme un con dans sa chambre, attaché, les yeux bandés et la queue pendante sur son slip. Lui aussi s’allonge et cinq minutes après il s’endort, de toute façon ce n’est pas grave, il ne travaille que l’après-midi, demain, ...