1. A la découverte d’un monde inconnu. (5)


    datte: 12/06/2018, Catégories: Hétéro, Auteur: Pikatchu,

    Chapitre précédent Après avoir été punis comme des gosses, Julie et Manu ont été autorisés à prendre une douche ensemble. Manu est renvoyé chez sa mère. Ils profitent de ce moment pour se faire plaisir avec des pratiques sexuelles presque inavouables. Maintenant ils doivent affronter Alice pour éviter que Manu ne parte. Chapitre 5 : Le pardon Pendant ce temps, Alice a remis de l’ordre dans ses idées ; elle a pris sa décision. Main dans la main, Julie et Manu arrivent tout penauds et tristes malgré le bon moment qu’ils viennent de s’offrir ; Manu va partir. À la vue des deux amoureux, Alice s’attendrit ; « Ils sont mignons tous les deux, ils feraient un joli couple ! » pense-t-elle. Elle les accueille de sa voix douce, celle de tous les jours, un petit sourire au coin des lèvres : — Alors, ça va mieux ? Avec tout le temps que vous avez mis, elle a dû être bonne, votre douche ! Bon je voulais vous dire Armé de tout son courage, Manu implore Alice : — Alice Alice, s’il te plaît, ne me renvoie pas. Je je je ferai tout ce que tu voudras. S’il te plaît, Alice ! — Maman, s’il te plaît, moi aussi je ferai tout ce que tu voudras. Par pitié, ne le renvoie pas ! enchaîne Julie. Presque d’un commun accord, ils ont joué le tout pout le tout. « Là, ça passe ou ça casse ! » pensent-ils en même temps. — Et pourquoi le ferais-je ? rétorque Alice. Julie réfléchit vite, regarde Manu, regarde sa mère droit dans les yeux. Une larme coule sur sa joue. Elle dit simplement : — Maman, maman on on ...
    s’aime, maman. S’il te plaîîîîîît ! Alice est émue ; son instinct maternel lui avait déjà révélé cette évidence. Sa fille est amoureuse ; ce n’est plus une amourette de collège, ça semble sérieux. Troublée par cette situation nouvelle, hésitante elle reprend : — Bon Je euh Quand vous étiez à la douche, j’ai décidé que Ils rougissent, se figent, se regardent, se prennent par la main, se les serrent à s’en écraser les doigts. – Manu, tu vas rester ici, mais Elle n’a pas le temps de terminer sa phrase qu’ils lui sautent au cou au point de la renverser, la couvrent de baisers. — Merci, Alice ! — Merci, maman ! Je t’aime, tu es formidable. Oh, merci, merci ! Julie saute de joie. Ils sont heureux, s’étreignent. Tout disparait de leur esprit : la fessée, la punition. Ils sont remplis de bonheur. — Hop, pop, pop, on se calme ! Je Ils ne l’entendent plus. Fous de joie, ils retirent leur tee-shirt en courant vers la piscine. Alice a tout juste le temps de voir deux paires de fesses bien rouges disparaître dans l’eau. Ils rient, s’embrassent, sortent de l’eau, plongent et replongent. Alice sourit. Cet évènement la ramène quelques années en arrière, quand elle avait leur âge. Les jeux interdits auxquels elle s’adonnait avec le père de Julie. La nostalgie l’envahit. « C’est vrai qu’on a pris du bon temps, on s’est régalé ! Mais voilà, il est parti » pense-t-elle. Elle a toujours été en colère contre lui : il l’a abandonnée, elle a sacrifié sa vie pour élever Julie. « Et Manu qui est en train ...
«1234»