1. Refus consentant


    datte: 13/06/2018, Catégories: fh, fhh, couplus, inconnu, religion, uniforme, boitenuit, jalousie, dispute, init, mélo, Auteur: Collectif Antilogies, Source: Revebebe

    La collection « Antilogies » regroupe des textes courts (si possible entre 1500 et 6000 signes) mis en ligne sur le forum de Revebebe le 30 du mois qui suit une proposition de sujet « antilogique » par un des membres.Tous les lecteurs peuvent avoir accès au forum : Concours et jeux d’écritures – Antilogies et autres jeux (ré) créatifs – les textes ou Antilogies et autres jeux (ré) créatifs – les discussions. (LouVilneau) Comme tous les vendredis à dix-huit heures, l’abbé Georges venait de s’asseoir dans le confessionnal. Depuis le temps qu’il faisait cela, il ne lui suffisait plus que de quelques secondes pour trouver cet état de dédoublement nécessaire à son activité à venir. Un état très particulier qui le faisait sortir de lui-même afin de pouvoir écouter sereinement les petites et les grandes misères humaines. Plusieurs pénitents étaient déjà passés quand, bizarrement, il était sorti de sa transe. Une jeune fille était là, de l’autre côté du petit rectangle de grillage qui avouait que, le soir dans son lit, elle se caressait en pensant à un homme. Il en avait déjà tellement entendu à propos de masturbation que l’abbé se demanda ce qui l’avait soudain « réveillé », quand il s’aperçut qu’il bandait. Une magnifique érection soulevait sa soutane : mon Dieu, il y avait si longtemps ! Il fallait certainement remonter jusqu’au Séminaire pour trouver une telle érection spontanée. Perturbé, l’abbé expédia sa pénitente avec trois « Notre-Père » et cinq « Je-vous-salue-Marie ...
    ». Et puis la vie reprit son cours, le passage des autres paroissiens, ses occupations et charges pastorales lui firent oublier cet incident jusqu’au jeudi soir suivant : en préparant sa journée du lendemain, l’anecdote lui revint en mémoire. Il avait toujours refusé d’intervenir consciemment dans les péchés qu’on lui avouait, il laissait son subconscient (l’Esprit-Saint ?) parler par sa bouche et tout le monde en avait été satisfait jusqu’à présent. Qu’est-ce qui avait bien pu le faire réagir ainsi ? Si elle revenait, il décida de « cuisiner » la jeune femme afin d’en avoir le cœur net. Vendredi, dix-huit heures, la jeune fille est là, assise, attendant son tour. L’abbé la reconnaît, c’est Cécile, une gamine qu’il a eue au catéchisme il y a quelques années et qui était partie « à la ville » pour poursuivre ses études. Elle doit bien avoir une vingtaine d’années à présent. L’abbé s’installe et doit attendre le passage de trois personnes avant que Cécile ne vienne s’agenouiller : — Pardonnez-moi, mon Père, parce que j’ai péché— Soyez en paix, ma fille, je vous écoute Et là encore, Cécile avoue ses masturbations solitaires et ses pensées lubriques envers un homme. — Est-ce un homme marié ?— Non, mon Père— Alors, où est le mal ? C’est de votre âge de désirer un homme, de vouloir fonder un foyer.— Mais, mon Père, c’est c’est impossible !— Comment cela, impossible ? Vous venez de me dire qu’il n’était pas marié !— Mais, c’est un prêtre !— Un prêtre ! Mais mais Un lourd silence ...
«1234...8»