1. La première fois où j'ai été cocu


    datte: 13/06/2018, Catégories: fh, extracon, cocus, init, Auteur: Petitloup, Source: Revebebe

    s’asseoir près d’elle. Tout en discutant, il mit innocemment le bras autour de ses épaules. Au bout d’un moment, il l’embrassa sur la joue, puis dans le cou. Jeannette sentit ses seins devenir durs, et l’humidité envahir son entrejambes. Dans un éclair de lucidité, elle dit qu’elle devait partir car je l’attendais. Michel lui dit qu’elle lui plaisait beaucoup et lui demanda si elle était d’accord pour le revoir le lendemain. Mon épouse était tiraillée entre le désir et le fait qu’elle était mariée. Mais l’attirance qu’elle avait pour Michel finit par l’emporter et elle accepta. Le lendemain, à dix-sept heures, elle se rendit chez lui. Ils entrèrent directement dans la chambre. Michel avait fermé les volets, allumé une petite lampe rouge qui créait une ambiance très intime. Ils s’assirent côte-à-côte sur le lit et Michel prit ses lèvres, leurs langues se lièrent, pendant que le jeune homme lui caressait le dos. À ce stade, Jeannette était vaincue, elle s’offrait entièrement à ce bel apollon qu’elle désirait ardemment. Puis la main glissa sur son corsage, lui prit un sein. Les boutons du corsage ne tardèrent pas à sauter et ses deux seins blancs dans un soutien-gorge à balconnets noir et rouge apparurent. Au bout d’un moment, Michel, tout en l’embrassant, lui ôta son corsage et dégrafa son soutien-gorge. Les seins étaient durs et les bouts pointaient au centre de la large aréole brune. Puis Michel la coucha sur le lit et entreprit de lui retirer sa jupe. Jeannette attendait, ...
    les yeux fermés, car à cette époque elle était très timide malgré tout, et quelques secondes plus tard elle était entièrement nue, exceptés ses bas et ses portes jarretelles, qu’elle avait mis pour l’occasion. Michel lui avait dit qu’il aimait les bas. Michel couvrit son corps de baisers, lui malaxa les seins, suça les bouts érigés, ce qui fit gémir Jeannette, puis au bout d’un moment il lui dit : — Déshabille-moi. Ils se levèrent et ma femme, timidement lui ôta lentement sa chemise, puis son pantalon. Une énorme bosse distendait le slip et le gland de son sexe en érection dépassait de celui-ci. Jeannette s’arrêta et Michel lui dit : — Enlève-le Jeannette s’exécuta. Elle venait de découvrir un long et gros machin poilu. La bite en pleine érection, presque à la verticale, était de dimension impressionnante (aux dires de Jeannette). — Prends-la, ordonna Michel. Elle saisit la bite tendue, sa petite main en faisait difficilement le tour, elle était dure comme du fer. Elle commença à le branler. Puis Michel la poussa sur le lit. Le jeune homme caressait le corps nu et Jeannette cherchait constamment les lèvres de son jeune amant, avide de sa langue. Au bout d’un moment, caressant sa chatte, Michel lui introduisit un doigt qu’il ressortit trempé. Comme m’a dit Jeannette : « il a compris que j’étais à point, que je n’en pouvais plus, que j’avais envie comme lui et que je voulais me faire mettre ». Michel demanda : — Tu prends la pilule ?— Non, répondit Jeannette, J’ai toujours été ...