1. La première fois où j'ai été cocu


    datte: 13/06/2018, Catégories: fh, extracon, cocus, init, Auteur: Petitloup, Source: Revebebe

    fidèle à mon mari, nous faisons attention, il se retire, si un accident arrivait ce ne serait pas grave, on est mariés.— J’essaierai de faire attention, dit Michel, mais il y a toujours un risque.— Tant pis. Viens, j’ai trop envie, je veux que tu me prennes, que tu me baises. D’une main, Michel fit pression sur l’intérieur des cuisses, et ma jeune épouse écarta largement ses jambes, les genoux légèrement fléchis. L’amant s’installa entre ses jambes, et dirigea sa queue contre la chatte dégoulinante de Jeannette dont il écarta les lèvres. — Tu veux vraiment faire cocu ton mari ? demanda Michel, triomphant et sûr de lui.— Oui, répondit Jeannette dans un souffle à peine audible. Michel promena sa bite le long de la fente rose de la chatte de Jeannette, agaçant le clito. Puis il la présenta à l’entrée de son con, le gros gland écarta la chatte et s’enfonça lentement, dilatant l’étroit vagin lubrifié, jusqu’à l’utérus. Un long gémissement de mon épouse accompagna la pénétration de son intimité que seule ma bite avait connue. Michel se mit à limer lentement sur toute la longueur de son engin, se retirant presque entièrement, pour replonger dans l’intimité du ventre de Jeannette. On n’entendait dans la pièce que le clapotement de l’accouplement dû à la chatte dégoulinante de liqueur, et les gémissements étouffés de Jeannette qui ondulait du bassin pour accompagner le rythme que lui imposait son amant et pour mieux épouser la bite qui la travaillait. Il ne fallut que quelques courtes ...
    minutes pour que les gémissements de ma femme deviennent rauques, que son visage s’assombrisse et qu’elle explose dans un orgasme dévastateur, les contractions de son vagin électrifiant tout son corps. Son jeune amant, se trompant sur l’expression de son visage lui demanda : — Tu n’es pas contente ?— Imbécile, répondit-elle, tu viens de me faire terriblement jouir, tu n’as jamais vu jouir une femme ? Puis Michel la fit mettre en levrette, cuisses écartées, la position préférée de ma femme et la prenant par les hanches se remit à baiser Jeannette qui cambrait les reins pour s’offrir complètement à la pine qui la dilatait, la remplissant jusqu’a l’utérus. Ils baisèrent ainsi longtemps, Michel la limant tantôt lentement et tantôt plus violement, lui tordant le bout des seins, et lui claquant violement les fesses, Jeannette gémissant : — Oh ouiii, encore, fesse-moi salaud, oooh ouiii.— Tu aimes ça, hein ?— Oh ouiii Michel, c’est c’est boooonnn, ça ça m’exciiiite !— Mais t’es une vraie salope.— Dis pas ça.— En tout cas tu es en train de le devenir. Puis Michel la fit recoucher sur le dos, lui glissa un coussin sous le cul, lui replia les jambes, passant ses bras sous celles-ci se renfonça en elle d’un seul coup, et recommença à la tringler. Il la baisa longtemps, ralentissant quand il sentait sa semence monter, puis recommençant quand la tension retombait. Au bout de longues minutes de va-et-vient, il accéléra le rythme, pour se déchaîner, la baisant sauvagement en la traitant de ...