1. VRP 2° partie


    datte: 13/06/2018, Catégories: Entre-nous, Les femmes, Auteur: Fabriss34,

    dessous. Elle aime bien caresser les fesses. Il s'y prend plutôt bien. Elle remonte ma jupe, fait descendre le string juste le nécessaire. Elle a un accès ouvert vers le boulevard de la raie. Elle écarte les fesses. Je suis trempée. Elle agit comme un homme qui voudrait me sodomiser. Sauf qu’elle propose, n'impose pas. Sa proposition me plaît, même en début d'intimité comme la notre. Elle aime les filles, c'est certain, elle aime les dominer aussi. Ça ma va. Je suis devenue une poupée pour elle. C'est ma dominante. J'aime bien de temps en temps me soumettre ainsi. Normalement c'est une homme muni d'une belle queue qui le fait. Ses doigts courent sur la raie, ils me donne envie de la suite. Elle agit comme un homme en me faisant m’asseoir sur ses genoux. Elle n'attend pas pour passer une main entre les jambes. Je les laisse s'ouvrir, anxieuse de la suite. Elle est très douce en caressant, en remontant doucement, trop doucement vers mon compas. Elle enlève complètement le string : j'ai presque froid à la chatte. Ses doigts ne se pressent pas, ils suivent un lent cheminement pour aboutir enfin là où je les attends depuis longtemps. Je pousse mon ventre vers sa main. Le clitoris enfin est visé. Elle prend entre deux doigts, elle me manœuvre comme une petite bite. Je suis tendue sous la caresse particulièrement inhabituelle de la chose. Son autre main passe aussi entre mes jambes. Il me semble qu'elle en prend pas la même direction, elle revient là où elle était avant. Elle ...
    caresse le périnée, me laissant entrevoir des paradis que j'aime. Le petit trou est à peine touché, à peine caressé. Je voudrait qu'elle s'y arrête, qu'elle y entre. Je n'ose pas le lui demander, comme une petite file n'ose pas demander la sucette qu'elle adore. Elle s’aperçoit enfin de mon vœu. Elle pose son doigt sur le cul, elle caresse gentiment l'anus que j’ouvre un peu. Elle le sent, elle commence à entrer à peine le doigt. Elle arrête pour changer de doigt. Ça y est, elle entre, elle écarte mes tissus. Je me donne à elle, je me laisse sodomiser par une femme. C'est bon, délicieux incomparable. Elle tringle, lime mon derrière. Je l’embrasse, heureuse de sa double caresse. Je ne sait même pas laquelle est la meilleure, devant ou derrière. Au fond, je m'en fiche du moment qu'elle me donne des orgasmes. Je suis obligée de lui demander d'arrêter un moment. Elle me fait coucher, vient sur moi, m'embrasse comme le fait un homme, passe ses mains sur le corps et descend sa bouche sur les seins, le ventre, le pubis. C'est sa langue qui est en moi. Elle me goûte la cyprine : j'en ai à revendre dans le vagin. Elle m'enjambe. Cette fois c'est moi qui peux goûter son sexe. Elle a une odeur bizarre que je ne peux définir, le fait peut être d'être mal lavée. Je lèche avec toute la largeur de la langue. J'ai passé le cap du bouton, celui du vagin, je vais sur son cul. J'adore les culs féminins, ce sont pour moi la quintessence des femmes, mieux qu'un simple con. Et c'est facilement ...