1. La révélation


    datte: 13/06/2018, Catégories: fhh, fhhh, hplusag, extraoffre, cocus, boitenuit, facial, Oral, double, fdanus, fsodo, gangbang, confession, Auteur: Episur, Source: Revebebe

    Je m’appelle Ludivine. J’ai 29 ans, je suis châtain, les yeux noisette, je mesure 1,72 m et je suis plutôt bien fichue, à en croire la gent masculine et féminine. J’ai toujours eu du succès avec les hommes, sans pour autant en avoir abusé : une dizaine d’aventures avant de rencontrer mon mari, pas plus. Question sexualité – puisque c’est de cela dont nous allons parler – je me considère comme sensuelle, gourmande, mais absolument pas nymphomane. J’ai eu besoin très jeune de me caresser souvent ; j’ai toujours adoré faire l’amour, mais ma sexualité n’avait rien de débridé. Avant mon mari, personne ne s’était aventuré dans l’intimité de mes fesses ; les fellations étaient distillées au compte-gouttes (sans mauvais jeu de mots), et l’idée de le faire à plusieurs ne m’aurait même pas traversé l’esprit. Mais voilà, après deux ans de mariage, les choses ont un peu changé. Avec mon mari, nous nous sommes progressivement ouverts à des plaisirs et des fantasmes moins conventionnels. Tout a commencé par l’idée de lire ensemble une histoire coquine sur Revebebe en se caressant. L’expérience fut assez agréable pour avoir envie – je dirais même besoin de passer par cette étape – avant chaque câlin. On est devenu accro et, de celles des autres, nous sommes passés à nos histoires, nos fantasmes exprimés à travers des scénarios de plus en plus libertins. Déjà satisfaisante, notre sexualité a soudain pris une nouvelle dimension. Ces histoires ont mis à jour nos plus profonds fantasmes. C’est ...
    ainsi que j’ai découvert que Xavier, mon mari, rêvait de me voir baisée – j’ai bien dit « baisée » – par un inconnu et que moi, l’idée d’être prise par plusieurs mâles en rut me rendait dingue. Du fantasme à la réalité, il y a un monde que nous avons mis plus de deux ans à parcourir. Notre première approche du libertinage remonte à environ six mois. Nous sommes allés dans un club avec un couple de bons amis pour déconner. Bien entendu, nous avions de petites idées derrière la tête, mais c’était l’occasion de franchir le pas. Nous avions pris soin de bien choisir le jour pour éviter la cohorte de vieux pervers. Il y avait pas mal de monde : beaucoup de couples dans notre tranche d’âge, contre toute attente, et une ambiance assez proche, de prime abord, d’une boîte conventionnelle. J’ai bien dit « de prime abord ». En réalité, les détails libertins apparaissent petit à petit, à force de laisser son regard balayer la salle. Je bloque sur un canapé où une jolie femme est assise, la tête penchée en arrière, en train de se faire lécher un sein sorti de sa robe par un homme pendant qu’un autre caresse son intimité à moitié dévoilée. La scène m’excite terriblement. Xavier s’en aperçoit, François et Cécile aussi. Un canapé est libre non loin du trio ; Xavier propose de s’y installer. François va nous chercher à boire. Cécile et moi sommes en petites robes courtes sexy, nos hommes en chemise et pantalon de costume. Xavier se penche vers moi et me glisse à l’oreille : — Ça t’excite hein ...
«1234»