1. Myriam la travestie (2)


    datte: 14/06/2018, Catégories: Gay, Transexuels, Auteur: nadiatvx,

    Je suis à la maison aujourd’hui, seule. Stéphane, mon colocataire, est parti depuis ce matin. Soudain, alors que je regarde la télévision, mon téléphone sonne, je décroche et j’entends une voix familière : « Myriam ? » « Oui » je réponds « Tu sais ce que cela veut dire ? » « Oui, je suis aux ordres » je réponds. « Commence à te préparer, j’arrive ! » et il raccroche. Je n’ai pas d’autres indications à part « prépare-toi, j’arrive » mais je dois porter quoi, je n’en sais rien encore. Finalement, je passe à la douche, je me lave à fond puis je retire mes poils disgracieux, heureusement je suis pratiquement imberbe depuis ma puberté puis je passe au maquillage, faux cils mascara, fond de teint, rouge à lèvres, je coiffe ma perruque blonde et longue. Puis, je m’assieds dans le canapé, une longue attente commence. Enfin, la clé dans la serrure et Stéphane est devant moi « Bien salope, tu as bien avancé, je t’emmène quelque part, habille-toi vite, on a rendez-vous ! ». Je le trouve très excité mais je n’ose rien demander. Quand je suis Myriam, je dois l’appeler Maître, Monsieur ou Monsieur Stéphane, j’ose enfin une question « Que dois-je porter Monsieur ? ». Il sourit « Bonne chienne, tu as attendu que j’arrive et que je choisisse ? ». Il se dirige vers ma chambre, ouvre la commode, me tend une guêpière noire en dentelle, un petit string qui va avec mes bas noirs. J’enfile le tout avec mes prothèses de seins, il me regarde, se dirige vers la penderie, prend mes bottes noires à ...
    hauts talons de 15cm et m’ordonne de les enfiler, ce que je fais sans rechigner. Il sort également mon manteau de cuir, il me le tend « Enfile-le et magne-toi ! » me dit-il. Je le ferme mais cela ne lui convient pas « Espèce de connasse, ouvre-le et ne garde que les trois boutons du haut ! On y va, pouffiasse, en route ! ». Je n’ose pas y croire, il va me sortir nue dans la rue ! Mais qu’a-t-il en tête ? Si je lui demande, je sais que je vais recevoir une ou deux gifles, alors je ne dis rien. Il me dit « Descends dans le parking, va chercher ta voiture et prends- moi au coin de la rue ! ». Il quitte l’appartement en trombe, me laissant seule. Première difficulté : sortir de l’appartement vêtue comme je suis, atteindre le parking sans rencontrer mes voisins. J’ai le cœur qui bat fort, je décide de prendre les escaliers et de laisser l’ascenseur libre, je pense que j’ai plus de chances de les rencontrer dans l’ascenseur que dans les escaliers. Heureusement, nous habitons au deuxième étage ! Je descends vite pour arriver dans le hall de l’immeuble, je ne traîne pas. Que se passerait-il si je rencontrais un de mes voisins ou voisines ? C’est presque gagné, il reste encore un escalier en colimaçon pour atteindre cette maudite voiture. Je descends vite puis je passe ma tête pour voir si le garage est vide et je pousse un hic de soulagement en voyant qu’il l’est. Je rejoins vite ma voiture, contact, je suis dehors, je prends Stéphane au passage. Après vingt-cinq minutes de route, nous ...
«1234»