1. Une occasion (4)


    datte: 19/06/2018, Catégories: Gay, Auteur: beauvit, Source: Xstory

    Une occasion (4) Réveillé par une envie de pisser, j’ai eu un bref moment de panique, me retrouvant dans une chambre inconnue, faiblement éclairée par une lampe de chevet, étendu près d’un homme nu, au souffle lent et puissant. Puis j’ai réalisé, me suis souvenu des événements du soir, la rencontre avec Daniel, les fellations et le 69, enfin la sodomie active sur ce dernier. Ces évocations m’ont provoqué une brutale et vigoureuse érection. Je ne me reconnaissais plus. Ainsi j’avais un amant et c’était cet homme mûr et viril couché à mon côté. Après un moment d’hésitation et ayant débandé, j’allais me soulager dans la salle d’eau, me passait de l’eau sur le visage et revenais me coucher près de Daniel, remontant la couette sur nos corps nus. Je me suis rapidement rendormi. J’ai fait un beau rêve. Je me trouvais sur une plage déserte, face à la mer, à poil et étendu sur ma serviette de bain, avec ma femme à genoux près de moi, me faisant une magnifique fellation. Sous l’intensité du plaisir ressenti, je me suis réveillé et j’ai réalisé que la sensation de plaisir montant de mon sexe perdurait. Ouvrant les yeux j’ai vu Daniel, la poitrine au dessus de mon ventre, les bras de chaque côté de mes cuisses, la tête penchée sur ma verge. C’est lui qui me suçait avec application. Instinctivement, j’ai soulevé mes fesses, pour mieux sentir sa bouche humide parcourir ma hampe bien raide, puis avaler mes bourses et faire rouler mes testicules. Lorsqu’il a repris mon gland entre ses ...
    lèvres, j’ai senti la sève monter en moi, une grande chaleur m’envahir et dans un rugissement rauque, j’ai éjaculé dans sa gorge, en trois longs jets abondants. Il a tout conservé dans sa bouche et se redressant est venu m’embrasser goulûment. Ma bouche entre ouverte a absorbé une partie de ma semence, mélangée à sa salive, puis sa langue experte. Daniel, s’étant levé, me dit : « Ton foutre est délicieux. Maintenant je vais préparer le petit déjeuner. Ne bouge pas. J’ai l’habitude le dimanche de le porter au lit à mon épouse. Ce matin c’est toi ma femme ». A la fois heureux et humilié par ces paroles, je restais couché tout de mon long, les jambes écartées et le vit encore bandé, Je le regardais sortir de son pas ferme et tranquille, avec un mouvement voluptueux de ses fesses bien rondes. Lorsqu’il est revenu portant un plateau, je n’avais pas bougé et je n’avais toujours pas débandé. La vue de son sexe se balançant au gré de ses pas, ne fit que le durcir davantage. Il s’en aperçu et s’exclama : « Je vois que tu n‘en a pas encore assez mon chéri. Et bien prend des forces car ce matin je vais te faire découvrir d’autres plaisirs ». Déposant le plateau sur le lit, il s’assit à mon côté et me servit une tasse de café bien fort et des toasts beurrés. Nous avons mangé tranquillement, en parlant de nous, de nos vies. Apprenant que j’attendais un enfant pour dans deux mois, il écarta le plateau et se mit à me caresser le ventre et les cuisses en me soufflant : « Cela m’excite. Je suis ...
«123»