1. ENTRE LES MAINS D'UN COUPLE PERVERS chapitre


    datte: 01/07/2018, Catégories: Mature, Partouze, Auteur: chris9519,

    ENTRE LES MAINS D'UN COUPLE PERVERS Il serait peut-être temps de faire un petit bilan après l'après-midi torride passé avec Lucette et Séverine. Après-midi riche d'enseignements, certes, mais quelques peu perturbant. Sur le plan scolaire : J'ai bien compris que si je tiens à conserver une certaine liberté, mes résultats scolaires doivent rester sensiblement les mêmes. Ma moyenne du trimestre est à peu prés identique que précédemment. C'est à dire plutôt satisfaisante ! Sur le plan sexuel : Je commence à comprendre qu'il ne s'agit pas d'une simple aventure entre une vieille cougar avant l'heure et un jeune ado déluré, mais de quelque chose de plus complexe. Me reviennent des expressions comme : « On ma donné pour consigne de ne rien précipiter », par exemple. Qui est ce « On »? Un individu, un groupe ? Je commence bien à avoir une petite idée mais, patience, attendons de voir ! En attendant, je prends un pied pas possible. Au départ, je pensais avoir une attirance particulière pour ma vieille copine, mais l'aventure avec Séverine m'a prouvé qu'en vérité j'aimais tout simplement, la bite, la branlette et la jouissance. &#034Peu importe le flacon, du moment qu'on ai l'ivresse !&#034 Je ne connaissais pas encore cette expression, mais j'en était l'illustration parfaite. Bien sur, j'aurai toujours une tendresse particulière pour celle qui m'aura, la première, initié au jeux du sexe, mais n'importe quelle femme, même vieille et moche, peux me faire jouir. * * * * * * * * * * * * * ...
    Nous approchons de la fin juin. Pendant les vacances, j'aurai encore plus de liberté. J'irai régulièrement à la piscine car le fais partie du club de natation. Cette appartenance est un gage de liberté. Je suis censé passer toute la journée sous la surveillance du club. En vérité, il me suffit d'être présent à l'heure de mon entrainement et le reste du temps, je dispose de mon temps comme je l'entends. En attendant , me voilà de retour chez Lucette. Sur le pas de la porte, je l' embrasse comme un petit fils embrasserais sa grand-mère. Sitôt la porte fermée, je prends possession de sa bouche. Aujourd'hui, plus de timidité. Ma langue s'insinue dans sa bouche et nous nous délectons à échanger nos salives. Évidemment, je bande comme un fou, ce qui ne peut lui échapper. Je l'attire déjà sur le canapé mais elle résiste et me dit : - »Tu ne veux pas apprendre de nouvelles choses ? Savoir donner du plaisir à une femme, par exemple ! » Jusqu'à maintenant, tout ce qu'elle m'a fait découvrir est source de plaisir, de fortes jouissances. Elle me prend par la main et m'entraine vers ce qui semble être la chambre à coucher. Cela s'avère être forcément une chambre à coucher . . . mais une chambre conjugale. A certains détails, la présence d'un homme est évidente. Et s'il était appelé à revenir à l'impromptu ? Je m'en inquiète auprès de Lucette. Elle balaye mes inquiétudes d'un revers de main : -&#034Ne t'inquiète donc pas, il est très très bien où il est, tu peux me croire !&#034 Sur, que ...
«1234...»