1. Ma cousine par alliance


    datte: 03/07/2018, Catégories: fh, extracon, Inceste, piscine, campagne, intermast, pénétratio, fsodo, Inceste, Auteur: FCG38, Source: Revebebe

    Cette histoire s’est déroulée cet été au mois d’août à l’occasion d’un repas de famille organisé par le cousin de mon épouse. Nous étions conviés ainsi que d’autres membres de leur famille à passer l’après-midi dans leur grande propriété (près de 3500 m◊), avant de prendre le repas du soir. Nous avons donc pu profiter de leur piscine, et je n’ai pas manqué de remarquer parmi toutes les femmes présentes, Ghislaine, l’épouse du cousin de ma femme, qui se distinguait par sa prestance et ses formes généreuses mises en valeur par un maillot de bain ne cachant pas grand-chose. Je me suis d’ailleurs fait la réflexion que le cousin ne devait pas s’ennuyer au lit. L’après-midi s’est déroulé tranquillement, même si parfois alors que nous étions presque tous dans l’eau, Ghislaine s’est frottée à moi d’une manière qui aurait pu paraître fortuite et innocente. Vers huit heures du soir, après nous être changés, tout le monde ou presque ayant revêtu un tee-shirt et un short pour les hommes et des minijupes et débardeur pour les femmes, nous avons commencé à prendre l’apéro. Le punch frais à souhait descendait comme du petit lait et le temps passant, tout le monde a commencé à montrer une certaine euphorie. Aux alentours de neuf heures et demie, le maître de maison nous a conviés à nous mettre à table. Nous nous sommes donc assis sur des bancs disposés de part et d’autre d’une table très longue, ce qui fait que mon épouse et moi nous nous sommes retrouvés chacun d’un côté de la table, ...
    relativement éloignés. Par hasard, j’avais comme voisine Ghislaine, et un parent à nos hôtes que je connaissais peu. J’ai donc surtout adressé la parole à Ghislaine. Comme de plus j’avais, du fait de son débardeur largement échancré, une vue directe sur sa poitrine libre de tous soutiens, et qu’elle semblait être de bonne taille (95, me semble-t-il), et ferme, je n’ai pas fait beaucoup d’efforts pour parler avec quelqu’un d’autre. Au bout d’un moment, j’ai senti une main dans mon dos commencer à me caresser les reins. N’ayant guère de doute sur l’identité de la personne qui me caressait, je n’ai pas bronché, faisant semblant de ne m’apercevoir de rien. Petit à petit, la main est descendue jusqu’à soulever l’élastique de mon short, et la caresse s’est alors carrément concentrée sur mon fessier. Bien qu’à cet instant, je mettais encore son attitude équivoque sur l’effet de l’alcool, car je l’avais vu au cours de l’apéro avaler plusieurs verres, l’effet de ses caresses commençait à se faire ressentir au niveau de mon sexe. Les minutes passaient, et la caresse ne ralentissait pas. Tandis qu’elle me caressait, nous parlions comme si de rien n’était. À un moment, un peu de nourriture est tombée de sa fourchette sur ses cuisses largement découvertes, sa minijupe ayant petit à petit remonté vers le haut. Sous l’effet de la chaleur de cette nourriture le compas de ses cuisses s’est largement ouvert, me permettant de voir que rien ne semblait protéger son sexe qui, m’a-t-il semblé, était ...
«1234»