1. relation compliquée avec le fils apres divo


    datte: 03/07/2018, Catégories: Mature, Première fois, Voyeur / Exhib / Nudisme, Auteur: barbbleue8, Source: xHamster

    je voudrais libérer mes cuisses qui emprisonnent mon sexe qui voudrait se libérer. Antoine me fait face, prend mon visage entre ses mains, nos lèvres se joignent, d’abord un baiser tendre et doux, puis avidement j’ouvre mes lèvres, nos langues se collent se fondent, ses mains reprennent possession de ma poitrine qui ondule, totalement libérée, il tire mes bouts, les pince, jusqu'à m’en faire mal, mais cette douleur est tellement bonne, que sans le vouloir mes cuisses tentent encore de s’écarter , alors rapidement je me trousse je remonte ma jupe autour de ma taille. Mon cœur bat la chamade, ce baiser m’enivre, et ces mains qui pétrissent mes seins me chavirent, ma raison vacille. M’éloignant de ses lèvres, je murmure haletante, le souffle court - Mon Antoine que tu es beau …. je suis à toi,…..tu es sorti de moi ……je te veux en moi ! ce soir, chéri, promis. je serais ….. ta femme ta ta pute … ! tout ce que tu voudras chéri……viens on monte. Nous nous extirpons du canapé, je suis toujours perchée sur mes talons compensés, ma chemisette voltige autour de moi, mes seins suivent le même chemin, ma robe est troussée au dessus de mes cuisses à la limite de ma petite culotte. Antoine se colle à moi, nos lèvres se rejoignent, je me serre contre lui, et je sens son corps trembler, ses mains se glissent entre mes fesses, sous ma culotte , son regard se trouble, son sexe bande contre mon ventre. Moi aussi je suis électrisée, ma fente mouille mon entre-jambe, il me faut reprendre le ...
    contrôle de la situation, sinon il va me baiser comme une pute debout et troussée. - Attends chéri…… doucement, viens ! Suis moi, lui dis-je en le poussant vers l’escalier qui monte sur la mezzanine et vers les chambres. - Maintenant, tu restes là en bas pendant que je monte, tu ne bouges pas tant que je ne suis pas arrivée en haut, promis Antoine ! tu me regardes monter ! - Promis maman. Je te regarde J’ai tellement envie de lui , que je sens l’humidité de ma fente imbiber le fond de ma culotte, j’ai l’impression d’avoir fait pipi, , je voudrais m’ouvrir là comme ça, devant lui mais je peux pas, je ne veux pas, il faut que notre amour devienne léger comme un jeu, pour dédramatiser ce qui nous arrive. Donc je décide qu’il doit me découvrir entièrement et intimement, comme je le faisais avec les amis de Pierre, je veux l’allumer de la même façon, en m’exhibant, je veux qu’il devienne le voyeur de sa mère. Je deviens folle lorsque j’ouvre mon sexe et mon cul à des hommes. Alors avec Antoine… ! Donc, je grimpe les quatre premières marches de l’escalier, et je m’arrête. Là je m’immobilise, me défais de mon chemisier devenu encombrant je le jette par dessus la rampe il tombe doucement sur le sol. Je reprends mon ascension de plusieurs degrés, et à nouveau je m’arrête. Cette fois, toujours perchée sur mes talons, je rabats ma jupe sur mes cuisses, et la fais glisser tout en bas de mes chevilles, je la ramasse et l’envoie rejoindre mon chemisier. Je prends mes seins dans le creux de mes ...
«12»