1. la nièce de ma copine (3)


    datte: 06/07/2018, Catégories: Hétéro, Auteur: jo618,

    juillet 2013 Une semaine s’écoula ; Léa avait commencé son travail à domicile, et moi je profitais des vacances scolaires. Une routine s'installait entre nous avec son travail et notre vie privée, même si dans le travail à domicile les horaires pouvaient changer d'un jour à l'autre. Le lundi matin de la deuxième semaine le travail de Léa commençait à 7 heures ; comme nous nous verrions qu’à midi, je dormis pendant une bonne partie de la matinée. Lorsque je me réveillai, mon érection matinale était bien évidemment présente, et je ne pus m’empêcher de descendre ma main jusqu’à mon boxer et commencer à me caresser, doucement pour débuter, puis de plus en plus rapidement. J’alternais les va-et-vient rapides avec d’autres plus lents. Mon corps était en feu, et comme je n'en pouvais plus, je décidai de me finir et d'y aller fort jusqu'à ce que mon supplice se termine par une giclée de sperme qui coula le long de ma main. Je me suis levé et sui descendu jusqu'à la cuisine pour me préparer un petit déjeuner. Mon café sur la table et mon smartphone devant moi, j'étais sur Facebook en train de regarder ce qui se passait sur mon fil d'actualités, comme la plupart des gens. Soudain, un message privé : c'était Mél. Message de Mél - 12 h 30 : « Coucou Jo, j’espère que je ne te dérange pas. J'ai adoré ce qu'on a fait la semaine dernière ; j'ai beaucoup mouillé en y repensant, et j'aimerais vraiment recommencer. Je sais que Léa travaille cet aprèm’ ; elle revient à 14 heures et je lui ai ...
    demandé si je pouvais dormir à la maison ce soir. Elle est d'accord, il n'y a aucun souci. Je t'envoie ce message pour savoir si je peux passer maintenant : comme ça, je serai déjà chez vous quand Léa sera rentrée. Message de Jonathan – 12 h 40 : « Salut ! Oui, tu peux venir. Dépêche-toi pour que l'on en profite avant le retour de Léa. Moi aussi j'ai adoré ce que l'on a fait ; alors viens vite, que l'on reprenne où l’on s’est arrêté. » À 13 h 10, j’étais en train de prendre ma douche ; et comme j’étais seul, je n'avais pas fermé la porte à clé. J’entendis un bruit étrange qui venait des escaliers, et soudain je vis Mél devant la porte de la salle de bain. Elle était entrée sans frapper, comme d'habitude. Elle était vêtue d'un jogging noir et d’un tee-shirt bleu, et elle s'était fait une queue-de-cheval. Je restais là avec l’air étonné de la voir ainsi devant moi alors que j’étais nu. Elle s’exclama : — Ouah ! J’aime ce que je vois — Et alors, qu'est-ce que tu attends ? Aussitôt dit, aussitôt fait : Mélanie se retrouva à genoux devant moi, la bouche entrouverte et mon sexe entre ses mains. Après quelques va-et-vient le long de ma tige, elle fit cette réflexion : — On dirait que ça commence à monter. — T’as pas idée — Si, je pense ! Elle ouvrit la bouche, et après avoir pris mon gland entre ses lèvres, elle se mit à le lécher doucement, ce qui eut pour effet de me faire bander immédiatement encore plus fort. Elle réagit aussitôt en faisant pénétrer la totalité de ma queue dans sa ...
«123»