1. Une nuit parmi tant d'autres


    datte: 08/07/2018, Catégories: fh, amour, hsoumis, fdomine, contrainte, cérébral, BDSM / Fétichisme, pied, fmast, massage, Oral, pénétratio, confession, Auteur: Brodsky, Source: Revebebe

    — Lèche-moi les pieds ! Elle est étendue langoureusement sur le lit, et elle lit un truc de Pouchkine.La Dame de pic, je crois Je descends du lit et je m’agenouille humblement tandis qu’elle me tend ses pieds. Je commence à passer doucement ma langue sur la plante du premier, puis sur le talon en appuyant un peu plus fort. En même temps, je lui masse l’autre pied avec mes mains. Elle pousse quelques soupirs et semble se détendre — J’ai passé une journée affreuse Tu as intérêt à être efficace, ou tu paieras pour tous les connards que j’ai rencontrés, crois-moi. Ma langue s’active un peu plus vite, un peu plus fort. Je commence à lui sucer un à un ses orteils, en commençant par le plus petit. Je sais qu’elle adore cela. Elle se replonge dans sa lecture. Lit-elle vraiment ou fait-elle semblant ? Peu importe. Je n’ai pas à me poser de telles questions. Un bon esclave ne se pose pas de question. Le Talmud nous apprend que l’Homme EST une question, mais elle m’a appris qu’un esclave n’est pas un homme. Juste un objet destiné à la satisfaire, comme n’importe lequel de ses nombreux sextoys. J’entreprends de passer ma langue entre ses orteils. Opération délicate qui se solde immédiatement par un coup de martinet. — Je t’ai dit de lécher, pas de chatouiller, imbécile ! Je recommence avec d’infinies précautions, tout en levant les yeux vers son visage afin de prévoir ses réactions. Je n’ai jamais compris pourquoi les adeptes du SM appellent « humiliation » ce genre de pratique. Soyons ...
    sérieux un instant. Depuis qu’elle m’a indiqué quelle était ma condition définitive, je n’ai jamais été aussi heureux. Être devenu l’esclave de la femme que j’aime est pour moi un délice permanent. Qu’y a-t-il d’humiliant à procurer du plaisir à sa Déesse ? Si cela la détend lorsqu’elle me fait lécher ses pieds divins, cela me procure également un plaisir intense. Ils sont si doux, si agréables en bouche Si les coups de martinet, de fouet ou de cravache lui permettent de se défouler après une journée pénible, le fait de les endurer pour elle n’a rien d’humiliant non plus, bien au contraire. Et le fait d’être le seul à être capable de les recevoir est au contraire une façon de m’indiquer toute l’importance que j’ai pour elle. Domination ? Si l’on veut Je parlerais plutôt d’une autre manière de faire l’amour. Une manière très particulière, bien sûr Mais l’Amour, n’est-ce pas avant tout le don de soi ? Tandis que je continue à m’occuper de ses pieds, je la vois qui commence à se caresser et à s’introduire un doigt dans la chatte. — Qui t’a permis de regarder ? Lèche, pour l’instant Le reste viendra quand je serai décidée. À moins que je ne me fasse jouir comme ça. Qui sait Et toi, tu n’auras rien. Rien ? Ô, ma Déesse, tu sais bien que c’est faux Car depuis bien longtemps tu m’as appris à jouir de ma frustration elle-même. Rester une nuit entière dans un état de désir permanent, et le lendemain, et le jour suivant parfois quelle sensation agréable ! Dans ces périodes plus ou moins ...
«123»