1. J'offre ma femme à mon pote (2)


    datte: 09/07/2018, Catégories: Entre-nous, Hétéro, Auteur: Olive, Source: Hds

    J'offre ma femme à mon pote (2) Dimanche matin, lendemain de cette folle soirée. J'ai eu, malgré ma cuite, du mal à m'endormir, revoyant la grosse bite de Loïc aller et venir dans ma femme, et surtout ma femme aller et venir autour de la grosse bite de Loïc ! Elodie dort encore, du sommeil du "juste" ! 9h14, SMS de Loïc : "j'ai du, dans la bousculade lol, oublier mon porte monnaie chez toi, je peux passer le récupérer ?" Un tour rapide dans le salon, bien évidemment il n'y a aucun porte monnaie... Il semble que la soirée lui ait plu également et qu'il souhaite remettre le couvert. Quelques secondes d'hésitation suffisent à trancher entre ma jalousie et le formidable pied qu'Elo a pris hier, sans parler de mon excitation hors norme. "Ok, passe vers 11h, on est là, on bouge pas" Elo se réveille doucement et se fait chatte "j'ai fait de ces rêves chéri, si tu savais !!" "Raconte !" "Ok, mais on ne parle pas la bouche pleine" dit-elle en m'enfournant sans détour ! Évidemment l'écart de format joue en ma défaveur, mais bon puisque ce n'était qu'un rêve... J'ai droit à ma petite totale : longue sucette appuyée,regard enjôleur, puis elle me fait exploser avec un petit doigt ans le cul,elle sait que c'est mon pêché mignon... Après quoi elle file à la douche. Vite, regarder l'heure et mettre mon plan à exécution, il est déjà 10h45. "chérie je file faire un tour au marché vite fait, je reviens vite." "Oui reviens vite, tu ne vas pas t'en tirer comme ça !" A croire que bien stimulée sa ...
    libido reprend vie ! Mais en fait, point de marché, plutôt la mezzanine au dessus du salon, l'organisation d'une petite planque avec vue directe sur le canapé et la porte d'entrée, attente. 11h pétantes, ça sonne.Il aurait pu prendre ses clés dit-elle en traversant le salon en peignoir de bain négligemment fermé. "Eh bien tu..." entame-t-elle sans aller plus loin, apercevant Loïc à ma place. Elle pousse alors un petit cri de surprise, et recule pour s'appuyer sur le plan de travail de la cuisine, les deux mains devant la bouche. Pas difficile d'imaginer ce qui se dit dans sa tête : "c'était donc vrai !" Loïc s'approche d'elle, protecteur "ça ne va pas ?" Et de la prendre par les épaules pour la mener vers le canapé et l'assoir face à moi. "je crois qu'on a un peu trop picolé hier soir, non ?", lance-t-il malicieusement. "Je..." impossible pour Elo de finir sa phrase, son trouble est évident. Ça monte le chapiteau dans mon caleçon, et à mon avis pas que dans le mien ! "Oui j'ai pas trop l'habitude" lui répond Elo en se rajustant un peu. "Mais une bonne soirée quand même !" dit-il avec, je le devine, un grand sourire. "Jean n'est pas là ?" "Non il est parti au marché, il ne devrait plus tarder..." "Et il te laisse seule à la maison, il ne craint pas le grand méchant loup ?" Elo ne répond pas, elle le regarde fixement, d'un regard brûlant. Et là, un geste involontaire, sa cuisse droite se dénude, elle ne remédie pas au problème... "On dirait que toi aussi tu as passé une bonne ...
«123»