1. Curieuse cure 11


    datte: 09/07/2018, Catégories: Entre-nous, Hétéro, Auteur: Accent, Source: Hds

    - Bon, je t’écoute. Mais n’essaie plus de m’embobiner ou je te dépose sur le prochain parking d’autoroute. Ça te donnera l’occasion de rencontrer des camionneurs en manque de sexe et d’accroître tes connaissances en relations sexuelles extraconjugales. Généralement ils ont une fameuse réputation de mâles expérimentés, dégainent volontiers et attirent les femmes en mal de sensations fortes. Tu es exactement leur idéal : tu peux tromper ton mari sans état d’âme, les remords ne t’étouffent pas quand tu baises. - Oh ! Non, Jean. Ne m’écrase pas avec tes sarcasmes. Je reconnais avoir failli. Pitié, ne sois pas méchant. Tu as le beau jeu; j’ai tous les torts. La cruauté te procurera des joies de courte durée. Ne me terrasse pas avant de m’avoir laissé te raconter comment a commencé mon histoire. Après un nouveau torrent de larmes, avec une allure de chien battu, Julie se lance dans son récit par une question: -Te souviens-tu de Marie Joséphine ? - Comment oublier un prénom aussi original ! Il s’agit de celle de tes copines qui a fait un beau mariage avec un homme d’affaires de quinze ans plus âgé qu’elle, si ma mémoire est bonne. - Oui, tu as une mémoire fidèle. - Une mémoire fidèle, juste bonne à retenir tout ce qui n’est plus fidèle dans ma vie. Qu’est devenue cette femme ? Il y a des lustres que tu ne m’a pas parlé d’elle. Est-ce un modèle pour toi? Qu’a-t-elle à faire dans ton escapade amoureuse de cougar ? - Bien plus que tu ne crois. Il y a quelques mois, par hasard, je ...
    l’ai rencontrée à l’intérieur de notre grande surface. Elle m’a reconnue, appelée par mon prénom, est venue m’embrasser, m’a invitée à la cafétéria Nous sommes passées par la case « Comment vas-tu ? » et sommes arrivées au récit de sa vie mouvementée. Elle a posé ses valises un peu partout dans le monde, dans le sillage de son riche mari. Pourtant ce Raoul a tenu moins de place dans ses bavardages que son fils. C’ est une mère comblée, elle a accouché d’un enfant prodige, intelligent, beau, aimable, enfin, une des merveilles du monde. Comme toutes les mères du monde elle est en adoration devant le fruit de ses entrailles, sans notion d’exagération. Ce garçon adoré de sa mère, l’adore en retour. Malgré ses diplômes M-J ( NDR : Marie Joséphine mais aussi Marie-Jo ) a cessé de travailler dès le début de sa grossesse et a ensuite consacré sa vie, ses forces et son amour à ce magnifique rejeton. Les absences fréquentes du père ont contribué à rapprocher de façon extraordinaire la mère et le fils. Elle l’a élevé comme le voulait la mode à l’époque, l’a nourri au sein pour le vacciner contre les maladies infantiles, l’a beaucoup porté contre elle, l’a habitué à prendre son bain avec elle. Ainsi il a grandi choyé et instruit des différences entre un homme et une femme dès sa plus tendre enfance, de façon continue grâce à sa proximité avec sa maman. Pour compléter son éducation sexuelle elle a fréquenté, parfois avec le père, toujours avec l’enfant les plages naturistes. Heureusement, ...
«1234...»