1. Papa, c'est toi ?! (1)


    datte: 10/07/2018, Catégories: Gay, Auteur: Incestman09,

    J’avais 20 ans à l’époque où se passe cette histoire. Je venais à peine de découvrir les plaisirs qu’offraient les orgies en club. C’était un ami, homosexuel lui aussi et avec qui je couchais parfois, qui m’avait invité à une de leurs soirées dans une boîte échangiste à 20 minutes de chez moi. La première fois, j’y suis allé avec lui. Trop timide, je n’avais fait que regarder mais ça m’avait tellement excité qu’en rentrant chez moi, je me suis masturbé 3 fois à la suite. Je comptais y aller une deuxième fois, cette fois avec l’intention de participer, mais mon ami ne pouvant pas venir, nous avons remis ça à la semaine suivante, mais j’en avais tellement envie que j’ai décidé d’y aller sans lui, quitte à être un peu perdu. J’y suis donc allé ce soir-là et à l’heure où j’arrivais la soirée battait déjà son plein : certains étaient au bar, d’autres faisaient déjà l’amour par terre, à deux, à trois, à quatre Moi, je m’étais mis en tête d’être le petit chien de la soirée, j’avais pour idée de me balader dans la salle à quatre pattes et de sucer et me faire baiser par quiconque le voudrait. Je suis allé me changer rapidement dans les vestiaires, et je suis revenu pratiquement nu, j’avais juste mon caleçon sur moi. A terre, les gens me regardaient un peu bizarrement au début, mais je savais qu’ils comprendraient vite. J’ai remarqué un homme seul dans un coin en train de se masturber, je me suis donc rapproché de lui, le sourire aux lèvres. Il était chauve et dans une tenue de cuir, ...
    un masque sur les yeux. Nous ne nous sommes pas dit un mot, je me suis juste approché. Mais lorsque j’essayai de le mettre en bouche, il retira son sexe à la dernière minute. Au vu de son sourire, je compris rapidement qu’il voulait jouer avec moi. A chaque fois que je tentais de le mettre en bouche, il me refusait ce plaisir. Je me mis à gémir comme un chien en pleurs ; cela le fit encore plus bander. - Renifle, mais rien d’autre, m’ordonna-t-il alors. Je sentis son sexe et me mis à me branler en même temps, mais lorsque je tentai de le sucer, il me gifla. - Tu y auras droit quand je le dirai, me dit-il avec un sourire. Lèche mes pieds en attendant. Et comme un bon petit chien, je me suis abaissé et je me suis exécuté. Je lui suçai son gros orteil et lui léchai la plante des pieds. Ma langue rappeuse contre sa peau. Cela lui faisait un effet fou. C’est étrange : je ne suis pas aussi soumis dans la vie de tous les jours. Mais quand il s’agit de sexe, je suis le parfait petit esclave. Il bascula la tête en arrière pour profiter du plaisir que je lui donnais. Mais déjà la jouissance lui venait : - Tu veux ta ration de sperme, mon toutou ? - Wouaf ! Il se mit alors à éjaculer de bons gros jets de sperme par terre ; j’avais pourtant ouvert la bouche pour tout recevoir, mais c’était un énième plaisir qu’il me refusait. A la place, il voulait que je nettoie le sol sale avec ma langue. Et c’est ce que je fis sans rechigner. Une fois bien vidé, il pointa sa queue vers moi, m’offrant ...
«1234»