1. Au bord du précipice


    datte: 10/07/2018, Catégories: fh, couple, complexe, vacances, piscine, Voyeur / Exhib / Nudisme, Voyeur / Exhib / Nudisme, Voyeur / Exhib / Nudisme, intermast, Oral, journal, Auteur: Stephiebrune,

    referment autour de son sexe. Je commence à le masturber, lentement. Il relâche mon poignet, et sa main vient se placer entre mes cuisses. Son doigt commence à me prodiguer un massage clitoridien. Diantre ! Quelles sensations ! Très rapidement, j’oublie que nous sommes entourés de personnes, à la vue de tous. Il répond à ma vitesse de masturbation : en accélérant le mouvement, il accélère le sien avec son doigt. Alors que mon souffle devient court, le corps parcouru de plaisirs, et que son gland est rouge d’excitation, il me rajoute un nouveau défi. — Je veux jouir dans ta bouche. Le temps n’est plus à la réflexion. J’ai oublié où je me trouve. Aussitôt, je déplace mon corps, et amène ma bouche sur son sexe, que j’enfourne. Le piercing sur ma langue vient se placer sur le nerf juste en dessous de son gland. Il ne peut résister très longtemps, lorsque je le suce à cet endroit. Répondant à cette caresse, il ne peut résister au besoin de grommeler, tentant de dissimuler ses gémissements. Son sexe enfle encore. Son corps se tend. Il ne peut se retenir. Des jets de sperme viennent s’écraser au fond de ma ...
    gorge. Je continue à le lécher. Il se détend. J’ouvre la bouche, et repose son sexe sur son ventre, tout en avalant son sperme. — Merci, me chuchote-t-il Je le regarde, souriante, et heureuse de l’avoir fait jouir. Je me replace sur mon siège et me souviens alors de l’endroit où je suis. Une fois de plus, mon visage s’embrase, gêné. Je scrute une fois de plus la piscine. Cette fois, j’aperçois la fille blonde, que j’avais aperçue, avançant nue dans la piscine nous fixer. Elle nous a vus, il n’en fait aucun doute. Elle ne me regarde pas. Elle regarde Guy, et lèche ses doigts avec envie, un petit sourire lui traversant le visage. À part elle, personne d’autre ne fait attention. Nous profitons du reste de la journée autour de la piscine, et nus comme des vers. Cette idée me semble de plus en plus naturelle, et au fur et à mesure que la journée se passe, que les résidents de l’hôtel affluent dans le même apparat, je m’y habitue. Le soir arrivé, et après notre passage au restaurant pour nous sustenter, je suis éreintée. Nous faisons l’amour, dans notre chambre cette fois, et nous nous endormons. À suivre
«12...891011»