1. 22 févier 2048


    datte: 10/07/2018, Catégories: fh, hplusag, amour, Auteur: Nooz,

    volets. Elle se réveille doucement, ferme et écarte les jambes. À cette vue, mon sexe reprend vie. Elle ouvre les yeux ; je cache ma situation priapique sous le drap. Sa main plonge sous le drap et enserre la hampe. Tout doucement, elle remonte en suivant la veine. Ses deux doigts tirent le prépuce et parcourent l’objet dénudé. Passant sur le méat, elle recueille sur la pulpe de son index le liquide qui perle, et l’étale sur toute la surface du gland. Sa main entoure la couronne, imprime un mouvement rotatif qui m’arrache un gémissement. C’est incroyable, les progrès de Selma ! Dans cette position, je ne peux que subir les caresses de ma compagne. Je me déplace. Ma main peut maintenant accéder à ses fesses légèrement surélevées. Alors qu’elle continue de me donner du plaisir, elle ne semble pas être disposée à la réciprocité : ma main se heurte aux cuisses musclées et serrées. Je change de stratégie et remonte le long de la colonne vertébrale ; elle frissonne. Mes gémissements de plus en plus rapprochés alertent mon amante. Ses doigts glissent sur la peau des bourses ; ils ne s’attardent pas et se dirigent sur mon périnée et frôlent mon anus. La crispation de ma main sur sa hanche l’incite à prolonger la caresse, et son doigt imprime un mouvement rotatif. Elle a légèrement relâché son attention, et j’en profite pour glisser un doigt dans la raie de ses fesses ; elle accepte l’intrusion, et son doigt force mon intimité en douces représailles. Elle retire la main et ouvre le ...
    tiroir de table de nuit, farfouille quelques secondes et retire le jouet d’Agnete. Elle pose l’objet sur ses reins. Dans une invite explicite, elle relève ses hanches. Je me place en face de son postérieur tendu et indécent, j’écarte ses fesses, et la pointe de ma langue effleure le petit œillet brun. La réaction est immédiate : elle pousse un petit cri de surprise, se rétracte, puis elle se replace ; je reprends la position. Ma langue, tantôt légère, tantôt forçant la petite porte, virevolte sur toute la longueur de la zone sensible ; elle vibre, frémit dans une longue plainte rauque jamais entendue jusqu’à l’heure. Je cesse à contrecœur et pose le cône siliconé sur le sphincter détendu et humidifié par ma salive. Le muscle annelé accepte la pénétration. Selma, qui avait placé ses cuisses sous son corps, change de position. Elle plonge la tête dans le coussin et lève haut son fessier. Dans cette position, le plug pénètre plus profondément et je suis aux premières loges pour observer son état, ses grandes lèvres sont ouvertes, et de sa fente ruisselle un liquide épais qui s’écoule sur le drap. Mon sexe, déjà gonflé à son maximum, est maintenant douloureux. Un petit cri ; le jouet est englouti. Il me reste de visible que la pierre rouge. Mes mains s’accrochent nerveusement à ses hanches et, malgré son excitation extrême, mon gland pénètre difficilement. Quand mes hanches touchent les fesses, nous gémissons ensemble. Ma main se pose sur son abdomen, comme lors de ses terreurs ...
«1...345...»