1. Première Histoire


    datte: 11/07/2018, Catégories: Anal, Hardcore, Partouze, Auteur: gentlemanhot37, Source: xHamster

    qu’elle envahit de sa langue pour un baiser langoureux comme le ferait un amant. Puis elle descend sur mes seins qu’elle caresse de ses doigts fins avant de sucer successivement les bourgeons qui sont dardés et sensibles… Elle s’écrie soudain : • Je veux te faire l’amour ! Laisse-moi t’aimer ! Je veux te lécher, sucer ton clitoris, le faire rouler entre mes dents… Oh oui, je suis prête à me laisser emporter par ce tourbillon charnel dans lequel Naima veut m’entrainer. Elle m’embrasse encore et encore dans des baisers savants tout en frottant une de ses cuisses entre les miennes si bien que je sens mon sexe ruisseler ! Que c’est bon ! Mes tétons sont de plus en plus sortis et elle les fait rouler entre ses doigts et je suis partagée entre douleur et plaisir… Peu à peu sa bouche descend, de mes seins elle passe au nombril et je sens une langue pointue tourner dans ce lieu qui chez moi est ultra sensible. Elle descend encore, embrasse mon pubis glabre puis je sens la pointe de la langue ouvrir mes lèvres intimes, y faire quelques aller-retour avant de pointer à l’entrée de mon vagin… Naima s’est déplacée tout d’abord entre mes cuisses puis elle se met en 6 9 au dessus de mon corps. Des deux mains elle maintient ma fourche ouverte et sa langue va de plus en en plus vite dans ma fente intime, léchant et aspirant la cyprine qui, désormais, suinte abondamment de ma chatte. Au dessus de mon visage, je vois la vulve de Naima avec ces lèvres épaisses, gorgées de sang qui pendent un ...
    peu, largement ouvertes et découvrant le pistil de son clitoris qui bande hors de son capuchon… Je ne peux m’empêcher de relever la tête pour venir coller ma bouche à cette bouche intime qui m’attire comme un aimant. Je sors ma langue et je lape comme un jeune chat le suc douçâtre qui s’en écoule. Pendant ce temps, Naima me lèche toujours la chatte, faisant aller et venir plusieurs doigts à l’intérieur, l’ouvrant de plus en plus au fur et à mesure que ma cyprine s’écoule, mouillant mon périnée et humidifiant mon petit trou ! Oh que c’est bon ! Mais c’est encore meilleur quand mon amante introduit dans mon sphincter un gode vibrant qu’elle fait bouger alternativement dans mon antre interdit qui s’est ouvert dès la première sollicitation. Je sens la jouissance monter en moi, je sens cette boule chaude qui envahit mon ventre quand le plaisir est sur le point de déferler ! Oh que c’est bon quand il arrive brusquement, provoqué par ce double assaut que Naima me fait subir ! Sa main est presque entrée entièrement dans ma chatte qui est prise de convulsions au moment de ma jouissance si bien que j’expulse le gode qui occupait ma gaine anale. Lorsque je retrouve mes esprits, Naima est toujours au dessus de moi et dit : • Je n’en ai pas fini avec toi ! Je te veux encore et encore ! Nous nous enlaçons de nouveau, allongées dans les bras l’une de l’autre au milieu de ce lit qui m’accueille une seconde fois à quinze jours d’intervalle. Nos seins sont en contact. La poitrine un peu opulente ...
«1...345...8»