1. Massage sensuel entre amis


    datte: 11/07/2018, Catégories: hh, hbi, sport, douche, massage, Oral, Oral, hdanus, hsodo, inithh, hbi, Auteur: Peter,

    je ne suis pas un expert, mais si tu veux, je veux bien te faire un massage des jambes, reste comme cela, bien assis. Et je me pose à genoux devant lui. Je pose alors mes mains sur chacune de ses jambes, à hauteur des mollets. Mon regard droit dans le sien, plus un mot ne sort de ma bouche ni de la sienne. Je commence alors à bouger mes mains, de haut en bas et faisant de petits cercles sur ses jambes. Sa peau est encore humide, chaude même, et la sensation est apaisante, pour moi comme pour lui, j’imagine. Mes mains passent derrière ses mollets, massent ses muscles très tendus. Au bout de deux ou trois minutes, je me déplace un peu sur le côté et place alors mes deux mains sur une seule jambe. Il s’est laissé aller en arrière et sa tête est maintenant appuyée sur le divan, ses yeux sont fermés et il semble très détendu. Ses bras le long de son corps, ses mains sur les genoux. J’entreprends alors un massage de sa jambe gauche avec mes deux mains, plus en profondeur, plus énergiquement. Je masse le mollet à l’arrière et je descends jusqu’à la cheville, puis je remonte devant, de cette manière plusieurs fois, puis de même sur la jambe droite, ceci pendant plusieurs minutes. Je remonte mes mains vers le creux de ses genoux et masse le début de ses cuisses, mais sa position assise m’empêche d’aller plus loin, pourtant je sens dans ses petits mouvements qu’il voudrait aussi que je pousse plus loin mon massage. Ses jambes se sont un peu entrouvertes aussi avec le temps et les ...
    mouvements et je peux, par moments, voir l’intérieur de ses cuisses, musclées, bronzées, imberbes, presque jusqu’à la naissance des fesses. Je ne distingue pas vraiment, mais je suis maintenant convaincu qu’il ne porte rien car aucun tissu ne paraît. Je ne saurais dire combien de temps cela dure. J’aime ce que je fais et lui semble apprécier aussi, mais ma position à genoux sur le sol m’est tout à coup devenue assez inconfortable à tenir. — J’ai les genoux cassés, je ne peux plus rester comme cela, lui dis-je. Tu veux continuer ailleurs ?— Je pourrais m’allonger sur le sofa, ou alors sur le lit, me dit-il.— Allons sur le lit, ce sera plus confortable, lui dis-je. Il y a alors comme une tension impalpable entre nous, comme un non-dit, mais une compréhension totale. Il se lève et se dirige vers la chambre, je le suis, marchant presque dans ses pas. Arrivé à la chambre, il se retourne et me regarde alors, et sans un mot s’assoit sur le bord du lit. Je le contourne, me dirige vers la fenêtre pour tirer les stores et mettre ainsi la pièce dans la pénombre. Je suis derrière lui, il ne me voit plus, il ne bouge plus. Je ne sais pas lequel de nous deux est le plus nerveux dans cette situation. Je continue alors de prendre l’initiative. — Installe-toi sur le ventre, confortablement, si tu veux, lui-dis-je, en enlevant les oreillers et coussins pour faire de la place. J’ai envie de lui dire que tout cela est inhabituel pour moi, je veux lui préciser que tout cela n’a rien de sexuel, mais je ...
«1234...10»