1. Viols au dessus d'un nid de cocus (1)


    datte: 11/07/2018, Catégories: Hétéro, Auteur: B2B, Source: Xstory

    maison, une question autant d'hygiène que de respect, notamment pour leurs enfants). Flo s'affairait dans le coin kitchenette de la pièce. Je feuilletait une revue people sans grande conviction, la veille au soir nous nous étions terminés Olivier et moi au cognac, et j'étais encore un peu dans le pâté. Remuant de la vaisselle, le bruit attira mon regard vers Flo. Elle n'avait pas de paréo mais portait un tablier de cuisine ainsi qu'une paire de mules d'intérieures à haut talon. Depuis mon canapé, j'avais une vue transversale du coin cuisine séparé du reste de la pièce par un comptoir. Elle s'est baissée pour attraper une casserole dans un placard bas, et vaquait à la préparation du déjeuner. La voir vêtue uniquement de ce tablier, ses seins dépassant par les cotés du haut du tablier, ses fesses nues qui me révélaient son abricot quand elle se penchait, ainsi que la cambrure que lui imposaient ses chaussures lorsqu’elle se redressait me firent bander très dur. Un mat se dressa quasiment instantanément sous mon paréo. C'était un peu gênant, t'imagine... Rien que de raconter et repenser à cette scène, au cul de Florence penchée en avant, et sous l'action de la main de Marie, j'avais une sacré érection. Marie m'a alors demandé : - Tu avais envie d'elle là ? C'est vrai qu'elle est sexy, moi si j'étais un homme... Bien entendu j'ai acquiescé, et Marie augmenta la cadence de sa masturbation. - Tu penses à elle ? - Heu oui, continue avec ta main... - Et la fin de l'histoire ? Si tu ...
    t'arrête, j'arrête... - Et bien je bandais, ça se voyait sous mon paréo, et je crois qu'elle s'en est aperçue. En tout cas elle m'a alors demandé de venir l'aider à attraper un pichet qui était dans un placard trop en hauteur pour elle. On s'est retrouvé l'un en face de l'autre, à quelques centimètres, le coin cuisine est pas très grand. Elle, a moitié vêtue de ce tablier échancré, moi bandant comme un âne, c'était bizarre. Je me suis mis sur la pointe des pieds pour attraper le pichet, et en redescendant mon sexe à cogné sa hanche de façon ostensible. Elle m'a alors fixé avec un petit sourire en coin : - Tu devrais te calmer, je ne suis pas certain qu'Olivier apprécierait si il te trouvait avec moi dans cet état... - Oui... Je bafouillais un peu, super gêné, et encore plus excité car je lui exhibais ouvertement mon désir et qu'elle ne semblait pas plus offusquée que ça... Je repris place sur le canapé, et elle a continué à s'affairer, mais en se baissant plusieurs fois dos à moi, me donnant une vue de magazine sur son cul cambré et sa chatte. Marie continuait à me branler vigoureusement et me dit : - Elle le faisait exprès la salope, c'est très excitant de faire bander un mec, surtout un pote de son mari, tu as fait quoi ? - Bin rien, enfin si, j'ai été aux toilettes pour me masturber. Et je suis certain de l'avoir entendu coller son oreille à la porte des toilettes pour m'écouter me masturber. - Moi je l'aurai baisé. Je suis certaine qu'elle aime être baisée comme une pute. ...