1. La soubrette


    datte: 11/07/2018, Catégories: fh, hplusag, soubrette, Oral, confession, québec, Auteur: Lili_Lafleur,

    affiche un grand sourire et l’air espiègle qu’il a toujours conservé malgré ses cinquante-cinq ans. C’est vraiment un bel homme, il a les cheveux grisonnants, il est grand et plutôt bâtit. Surprise, je le salue mal à l’aise et cours au salon descendre le volume de la radio. — Je m’excuse vraiment ! Tout ce vacarme, j’étais persuadée que j’étais seule ! Il me raconte alors qu’il a été transféré sur leshift de nuit à son travail. — Ne t’en fais pas, je devais me lever de toute façon quand tu es arrivée. Voulant chasser le sentiment de malaise qui m’habitais, je re-focus sur les tâches noires et je cours chercher le produit. Avant de m’agenouiller toutefois, un déclic se produit dans ma tête Moi, à quatre pattes par terre qui fais des va-et-vient énergiques, le trou dans mes jeans qui montre la moitié de ma fesse, mon chandail ample qui, ainsi placé, offre une vue sans détour sur mes seins ET la présence d’Andrew dans l’escalier Oh la la, j’ai soudainement une bouffée de chaleur, mi-gêne, mi-excitation et je me demande alors depuis combien de temps il est là à m’observer, l’œil ludique Timidement, je me remets à genoux en essayant de me tourner de façon à ce qu’il ne voit pas ma fesse découverte. De toute façon, il va se lever de là ! me dis-je intérieurement. Eh non, Andrew semble bien assis dans son poste d’observation et je constate qu’il n’a pas l’intention de bouger. Je remets mon frottage et me sentant rougir, je ne peux m’empêcher de lui jeter des petits coups d’œil ...
    furtifs. Je vois une lueur perverse dans son regard et je comprends maintenant : il est spectateur. Je commence à aimer son jeu moi la soubrette, lui le patron Je mets plus d’efforts sur le parquet et je me retourne subtilement au gré des grands coups de brosse que je donne afin de lui offrir une vue imprenable sur mes fesses de jeune vingtaine. Je sens mes petits seins ballotter dans mon soutien-gorge sous mon chandail trop grand et je sais qu’il les regarde. Je cambre bien les reins et bouge exagérément mon bassin au rythme de mes frottements. Ce coin de plancher n’aura jamais été aussi propre, ce n’est même pas discutable. Je me retourne et le regarde avec intensité, toujours en levrette sur son plancher. Il a perdu son air taquin maintenant, il semble presque troublé. Il se lève subitement et va se réfugier dans la salle de bain. Je rougis aussi vite qu’il est parti, j’ai honte de moi et je crois que j’ai trop forcé la note en poussant l’audace si loin. Une heure plus tard, il en ressort bien propre dans son habit de travail. Le regard fuyant, il me remercie froidement pour mon ménage et il me donne les 40 $ habituels. Je suis retournée chez moi ce soir-là avec des sentiments mitigés, jamais je n’avais agi comme ça et j’avais du mal à comprendre comment j’avais pu faire une telle chose. Malgré tout, une fois douchée et au lit, je n’ai pas résisté à me caresser jusqu’à l’orgasme en pensant à ce qui était arrivé aujourd’hui. Des semaines ont passé et Andrew n’était plus jamais ...
«1234...»