1. Marie, chienne d'amour (1)


    datte: 11/07/2018, Catégories: Zoophilie, Auteur: Gigi11, Source: Xstory

    cambrée, ouverte, offerte, tremblante, dans l'attente qu'il me prenne enfin . Et quand son sexe buttait sur mon clito déjà gonflé de désir, sur mon petit oeillet, sans y parvenir, il m'arrachait à chaque fois, des gémissements de dépit. Humm, c'était bon de se sentir follement désirée, de le sentir s'activer sur mon dos ..... Et puis cette attente, insoutenable, qui faisait grandir mon envie de sexe chaud dans mon ventre, j'aimais ça, c'était boonnn ! C'est, vous savez, cet instant magique quand vous faites l'amour : Votre amant vous écrase de tout son poids, vous sentez son sexe bien dur sur votre ventre, vous savez que tout à l'heure vous écarterez vos jambes pour qu'il le place entre vos petites lèvres, que vous sentirez vos chairs s'ouvrir sous sa poussée en criant de bonheur, ....... c'était comme ça !! J'oubliais que c'était un chien, qu'il allait me prendre par la chatte ou le cul ( Loulou adorait ça ..... et moi aussi ), au gré de sa fantaisie . Et brusquement, il m'a pénétrée, raclant brutalement mon clito, m'arrachant un long gémissement. Il avait compris qu'il m'avait enfin prise, m'enserrait le buste de ses pattes puissantes, s'activant brutalement. Ses poussées étaient violentes et j'étais ballotée en tous sens, le souffle court, gémissant continuellement. Je le sentais grossir, m'écarteler, tandis que des jets de liquide chaud m'emplissaient le ventre. Ah oui, c'était bon de s'abandonner à ce mâle puissant, de céder à son désir, de s'ouvrir à chaque poussée ...
    brutale, de le sentir coulisser dans mon ventre, de n'être plus qu'une femelle avide de sperme ! Et puis d'un coup de rein plus puissant, il s'est calé contre mes fesses, haletant sur mon dos. Il grossissait encore, me remplissant comme jamais un homme ne l'avait fait ! Sensation merveilleuse de sentir sa chair contre ma chair jusqu'au fond de mon ventre, de sentir ce sexe vivant, tressautant à chaque jet qu'il lâchait ! Ah oui, c'était bon !!! Les yeux fermés, la tête rejetée en arrière, je feulais comme une chatte en chaleur. Je jouissais, je jouissais comme une folle . Ah si vous saviez comme c'est bon de se faire prendre comme ça !!! Rien à voir avec l'amour d'un homme . Vous n'êtes plus qu'une femelle que ce mâle veut saillir. Son instinct lui commande de décharger sa semence dans cet étui chaud qu'il à senti accueillant. Et vous, vous êtes là, soumise, agenouillée, offerte, comme en prière ! Ses maladresses, ses hésitations augmentent votre désir, et quand il vous délaisse, vous soupirez, vous vous cambrez, vous écartez, l'appelez, le priez de vous prendre, de mettre fin à cette délicieuse et insoutenable attente ! Peut vous importe par ou il vous prendra, vous n'avez qu'une envie : sentir son pieu de chair écarteler vos chairs fragiles, vous fouiller chaque fois plus profond, sentir ses petites couilles bien dures taper sur vos fesses, vos cuisses, et enfin, récompense suprême, sentir son sperme chaud vous inonder le ventre en criant de bonheur .! Il ne bougeait plus, son ...