1. Massage au VietNam


    datte: 17/07/2018, Catégories: Dans la zone rouge, Auteur: Arsenne,

    Bonjour Marcel Je viens te donner des nouvelles. Nous étions au Vietnam Nous sommes sortis un soir après un restau sympa, dans les quartiers chauds de la ville. On est allé dans une toute petite boutique de massage qu’on m’avait recommandée. Inutile de te dire qu’on m’avait bien précisé de quels massages il était question, et que je me suis bien gardé de le dire à Chantal. Ce fût assez difficile à trouver et nous y sommes arrivés assez tard dans la nuit. Les rues étaient encore bien fréquentées car il faisait très chaud. J’ai fait la connaissance du « masseur » et après avoir précisé, s’il en était besoin, qu’il s’agissait de mon épouse, j'ai demandé à assister à la séance. Pas de problème. La boutique de massage était à claire voie au croisement entre deux petites rues, elle était ouverte sur deux de ses côtés. Même pas de vitre pour la séparer de la rue. Il y avait beaucoup d'hommes qui dînaient à même le trottoir comme c'est l'habitude ici. Il faisait très chaud et très humide. Chantal n'était pas rassurée. Il passait beaucoup de voitures et surtout de mobylettes. L'endroit devait être connu car ils ralentissaient devant la salle de massage. Cette salle était rudimentaire. Au fond, dans un angle un rideau qui fermait mal devait servir de cabine pour se dévêtir, deux tables de massages recouvertes d'un simple drap d'un blanc douteux. Elles étaient au centre de la pièce, parallèlement à une des deux rues. Je compris tout de suite la raison de cette disposition. La personne ...
    « massée » devait avoir les pieds et les jambes tournés vers une des deux rues et de l’autre côté, on pouvait la voir de profil. Bien pensé non ? Au plafond, les palles d’un ventilateur étaient immobiles respectant la chaleur étouffante de l’endroit. Tout ça baignait dans la lueur crue de deux néons. L’odeur qui prévalait était celle de sueur et aussi de sexe. Sur le côté, un mur sans couleur supportait une étagère remplie de fioles de différentes couleurs. J'ai vu, à même le sol, une caisse remplie de godes de différentes tailles et autres objets à destination sans ambiguïté. Je n'ai rien dit à Chantal mais déjà je me suis mis à bander, tu comprends j'espère. Chantal allait se faire masser en pleine rue au milieu de voyeurs que je devinais déjà la bite à la main ! En fait à ce moment là Chantal a manifesté de vouloir rentrer. Elle avait peur et le décor et l’environnement ne prêtaient pas à la rassurer. Moi j’étais trop excité par ce que j’imaginais. Bien sûr je m’étais bien informé et je savais que nous ne craignions rien et surtout Chantal. J’ai dû pas mal discuter pour qu’enfin elle accepte de rentrer dans la boutique de massage. A peine entrés (si je puis dire), le "masseur", un homme d'une quarantaine d'années, torse nu et simplement vêtu d’un short léger qui ne cachait presque rien, l'a saluée très respectueusement. Chantal a paru un peu rassurée. Elle portait une jupe porte feuille très courte et un chemisier léger à fleurs. Pas de soutien gorges mais elle avait passé ...
«1234»