1. À nous la liberté !


    datte: 09/08/2018, Catégories: fhh, ffh, 2couples, fplusag, couple, inconnu, sexshop, boitenuit, miroir, Oral, Oral, Partouze, hsodo, exercice, Auteur: Viona, Source: Revebebe

    Petite note de l’auteur pour le corps plus que respectable des Pompiers de Paris :Toute la partie de mon texte qui fait appel à ces professionnels n’est que pure invention et fantasme, bien que je leur souhaite de telles aventures ; bien sûr, en dehors des heures de service ! _____________________________ Le monde a bien changé et certains ne s’en sont pas rendu compte. Les femmes ont envahi le monde du travail, et en plus de leurs compétences s’investissent beaucoup, au point qu’elles accèdent à des postes de responsabilité sans qu’elles abandonnent leur fonction de mère de famille. Mais qui dit responsabilités dit difficultés pour gérer son absence du travail, surtout pendant les longues vacances scolaires de l’été. Alors tout le monde y met du sien. Les mères célibataires confient leurs enfants à de la famille, parents et colonies de vacances. Les femmes mariées s’arrangent aussi avec la famille, mais le mari contribue aussi à l’organisation. Souvent le couple ne conserve que quelques jours de vacances en commun afin que le reste du temps l’autre puisse garder les enfants. Le résultat, c’est que Paris, en juillet et août, est peuplé de femmes seules. Si les mères célibataires sont habituées à cet état, les autres – femmes mariées ou seulement compagnes – se retrouvent dans une situation qu’elles avaient oubliée. Personne qui attend à la maison. En plus, avec le portable, elles peuvent appeler ou se faire appeler de n’importe où. Bien sûr, la grande, très grande majorité ...
    ne change pas vraiment ses habitudes. Oh, peut-être un ciné, un resto avec une amie ou seule. Elles bossent encore plus, retardant le moment de rentrer chez elles alors que la maison est vide. Les enfants leur manquent. Les maris aussi, certainement. Et si un feu se déclare dans leur ventre, il y a maintenant tant de jouets sexuels qui peuvent les satisfaire sans chercher ailleurs. Les plus coquines peuvent même se faire une liaison vidéoSkype avec leur mari et se caresser mutuellement face à face. Mais les autres, la toute petite minorité qui se redécouvre libre, qui remarque le regard des hommes alors que la chaleur – eh oui, il peut faire chaud chez nous – leur a fait choisir cette petite robe qu’elles gardent habituellement pour le bord de mer. Et moi, je suis là. Si le reste de l’année la plupart de mes rencontres se passent grâce aux sites où hommes et femmes se branchent, l’été je redeviens chasseur, séducteur. Les rencontres rapides où chacun sait pourquoi il est là, c’est bien ; mais le seul suspens est « Est-ce un bon coup ? » Mais dans la drague, le plaisir commence aux premières paroles échangées, à la recherche de l’intonation de la voix, du regard qui ne fuit pas et qui est un encouragement. Celles que je préfère, ce sont les femmes mûres, bourgeoises ou avec une bonne éducation. Si je remporte le gros lot, c’est toujours un moment extraordinaire lorsque la femme réservée, tout en retenue, lâche les vannes de sa sexualité et cherche son plaisir. Tenez, voyez ...
«1234...18»