1. Les hirondelles ne font pas le printemps 2/2


    datte: 09/08/2018, Catégories: Plus on est, Auteur: Georges,

    Après cet intermède torride en rebondissements ma femme a complètement changé le lendemain sa garde robe était fournie en robes toutes plus légères et sexy les unes que les autre et des sous-vêtements à faire bander un eunuque, elle revient de travailler avec le sourire, tous ses collègues, aussi bien hommes plutôt hommes je crois, que femmes, l’ont félicitée pour sa nouvelle tenue vestimentaire, nous faisons plus l’amour et les confidences commencent à poindre sur l’oreiller - Chéri avec cette tenue vestimentaire très courte je me fais constamment draguer - Où ça ? - A la cafétéria à midi - Des vieux des jeunes ? - Les deux - Ils te matent ou ils t’abordent ? - Les deux aussi surtout l’un d’entre eux, un jeune habitué, il m’a offert un café et j’ai accepté - Il te plait ? tu veux jouer les cougar ? ! - Dis que je suis vielle tant que tu y es ! je le trouve sympas sans plus que ça, chéri tout va mieux entre nous depuis quelques jours, je ne veux pas te tromper - Si je tu me dis tout ce n’est pas tromper, laisse toi draguer pour voir jusqu’où il veut aller - Je me laisse faire jusqu’à quel stade ? - Un baiser voire une caresse sur les seins ? - Et si je n’ai plus la force de dire non ? - Tu es forte, je te fais confiance - OK, demain je tente l’un des deux - Mmmuuum tu m’excite ma petite femme chérie ! il me tarde d’être a demain soir, en attendant vient t’assoir prés de moi que je dise bonjour a ta chatounette ! j’ai la gaule ! - Je te préviens, elle est toute mouillée - ...
    Alors je vais la lécher avant de lui faire manger mon gros zob ! - Gros vicieux ! embrasse ma chatte Lui faire l’amour dans ces conditions est sublime, sa vulve est ouverte à souhait, je l’imagine au fond de la cafeteria se laissant discrètement peloter les seins tout en embrassant ce jeune homme, je la baiserai plus intensément demain soir lorsqu’elle me racontera tout en détails Linda a mit une robe très décolletée et évasée pour aller bosser, je n’ai pas osé lui demander ce qu’elle avait mis en sous-vêtements Lorsqu’elle est arrivée a la maison j’ai scruté son visage pour déceler d’éventuels signes anormaux, mais rien ne filtre, il ne s’est rien passé ? Dommage ou heureusement ? je suis partagé par l’euphorie de l’aventure et la hantise du cocufiage - Je vais prendre ma douche avant de préparer le diner chéri - Oui tuuuuu tu n’as rien à me dire ? - Haaaaa tout de même ? je me demandais quand tu me poserais la question, hé bien si, il s’est passé quelque chose - C’est vrai ??? - Quelque chose qui a faillis échapper à mon contrôle - Raconte - Ici ? ou dans la chambre ? - C’est a ce point là ? - A toi de juger, vient plutôt sur le lit chéri j’ôte ma robe tu risque de la tacher - Je crains le pire je me déshabille aussi dit moi tout mon amour - A midi je me suis garée comme tous les jours, à l’ombre derrière la cafétéria, quand Jérôme c’est le fameux garçon qui m’a abordée - C’en est a ce point ? tu l’appelle Jérôme ? - Ne m’interrompt pas Bruno, Jérôme m’attendait tout souriant ...
«1234»