1. Jef fait du stop (2)


    datte: 12/09/2018, Catégories: Erotique, Auteur: Thalderhoff, Source: Xstory

    Le coulis d’air frais réveilla Alice. Il faisait sombre. Une lueur orangée teintait le ciel. Elle se leva précautionneusement pour aller refermer la fenêtre. Ce ne fut pas chose facile ! Déjà, pour l’ouvrir, elle avait dû batailler, mais pour la refermer sans bruit, c’était une autre paire de manche ! Enfin, en la soulevant du mieux qu’elle put, elle réussit à faire rentrer le battant dans l’huisserie sans sortir Jef de son sommeil. Elle sortit de la chambre sur la pointe des pieds craignant que le vieux plancher proteste et ne se plaigne bruyamment. Au passage, elle récupéra sa robe dans l’escalier et sortit jusqu’à sa voiture en la renfilant sur son corps nu. Elle ramassa son sac glissé entre les deux fauteuils et chercha son portable. " Allo ! Sophie ? C’est moi, Alice ! Oui, je sais, je sais, oui, oui, oui je te dis ! Si tu voulais bien me laisser en placer une ! Je m’excuse ! Je ne pouvais pas appeler ! Tu comprendras pourquoi ! oui, oui, évidemment ! Bon ! Écoute-moi ! C’est vous qui allez venir me rejoindre à "la Forestière" oui, chez mon père ! Dis à Odile d’apporter de quoi manger et amenez-vous toutes les deux ! Je vous garantis que vous n’allez pas le regretter, parole ! Non, je ne peux pas t’en dire plus ! Oui, c’est ça ! Dans une demi-heure ! Magnez-vous, on a faim ! J’ai dit "on" ? Ah bon ! Peut-être ! Non, tu viens et tu vois, c’est simple ! Aller ! À tout de suite ! Alice raccrocha tout en riant toute seule ! Quand elles vont voir sa prise de guerre, ...
    elles ne vont pas en revenir ! Ce qui serait au poil, c’est que Jef ne se réveille pas ! Il est tellement mignon dans son sommeil avec sa grosse bite couchée bien sagement sur sa cuisse. Elle préféra rester dans la voiture pour être certaine de ne pas perturber son sommeil. La nuit était presque tombée et le ciel devenait bleu marine avec encore un peu du halo du soleil couchant entre les arbres. Une demi-heure, ça passe vite en écoutant le poste tout en rêvassant, en se remémorant les moments forts de cette après-midi totalement improvisée. Le faisceau des phares de la Fiat de Sophie ramena Alice à l’instant présent. Elle sortit de sa Golf et marcha à la rencontre de l’automobile qui apparaissait là où la forêt commence. D’un geste de la main elle lui demanda de ne pas avancer plus loin, et s’approcha de la portière. — Gare-toi là et ne claquez pas les portes. Silence ! — Et pourquoi pas à côté de la tienne ? — Fais comme je te dis ! Tu ne vas pas tarder à comprendre, mais en attendant, silence ! Les deux filles sortir de la Fiat et embrassèrent leur amie. — Tu nous en fais des mystères ! lui reprocha Odile. Tu nous expliques ou tu as prévu que nous mourrions idiotes ? — Soyez patientes et je vous assure que vous ne m’en voudrez plus, mais alors, plus du tout du tout ! Les deux filles se regardèrent en hochant les épaules et emboîtèrent le pas d’Alice vers la maison. — Je suppose que ça se passe dans ta chambre ! — Où veux-tu d’autre ? Il n’y a que cette pièce-là que j’ai pu ...
«1234...12»