1. La première fois que j’ai trompé ma femme


    datte: 12/09/2018, Catégories: Entre-nous, Les hommes, Auteur: Romainro, Source: Hds

    Depuis un moment ça ne va plus trop avec ma femme. Même au lit, il ne se passe plus rien. J’ai encore des sentiments pour elle alors je n’ai pas envie de la tromper. D’un autre coté je n’arrive plus à me satisfaire de mes séances de masturbations. J’ai besoin de sentir la chaleur d’un autre corps. De toucher, embrasser, caresser et de l’être aussi. Avant elle j’avais déjà pas mal essayé de trucs du coté sexuel. Aussi bien avec des femmes qu’avec des hommes. Je me suis dit que si je couchais avec un mec sa ne serrait pas vraiment la tromper et qu’au moins ça assouvirait une partie de mes ardeurs. Le problème n’est pas de faire ce genre de rencontre (même si à l’époque internet n’était pas aussi développé qu’aujourd’hui!) en tout discrétion. Nous habitions Annecy. C’est une très jolie petite ville de Savoie, où tout ce qui ne doit pas se voir ce sait rapidement! Mercredi prochain j’ai un rendez vous de boulot à Geneve, en Suisse, qui devrait me prendre la demi journée. Je me renseigne sur le quartier chaud de Geneve, il doit bien y avoir des sex clubs ou je pourrai au moins me faire sucer. Le jour J arrive. Mon rendez vous est plié dès la fin du déjeuner. Je décide donc de partir directement à la recherche d’un sex club ou cinéma porno pour y arriver avant que les obsédés comme moi, qui ont sacrifié leur pose déjeuner pour un moment sexuel, ne retournent travailler. J’arrive donc dans le quartier des paquis. En moins de 3 minutes je tombe sur un club, le sub, qui selon ...
    l’affiche à l’extérieur propose un étage entier pour les hétéros et un second étage pour les homos. Je rentre dans le sex shop, je fais rapidement un tour. Je remarque que la plupart des articles vendus sont pour les hommes qui aiment les hommes. Il y a beaucoup de cockring, de string surtout en cuir, de godes, des pommes de lavements Je me dirige vers la caisses ou une grande affiche donne les prix. Pour les plus de 26 ans, et c’est largement mon cas, l’entrée est à 15 francs suisses. Je paye mon due, le caissier me précise qu’il y a des distributeurs de gel et de capotes un peu partout dans le labyrinthe. Je lui laisse ma veste et ma sacoche et je passe la porte « des labyrinthes ». Une fois la porte fermée, il fait nettement plus sombre que dans la boutique. On entend le son de différents films porno qui se mélangent. Il y a des gémissement de partout, surtout des voix féminines. Je longe le couloir qui est garni de chaque coté de cabines dont la plus part des portes semblent fermées. J’arrive au bout du couloir sur la droite il y a une plus grande cabine avec un matelas devant un écran qui montre une jolie brune qui fait un strip tease et sur la gauche il y a des escaliers qui descendent, surement vers le labyrinthe gay. Je décide de vite refaire le couloir dans l’autre sens pour voir s’il y a des cabines où l’occupant attend de la compagnie mais rien. Je m’arrête quand même devant une, qui est ouverte mais vide, et je vois une nana les jambes grandes ouvertes se triturant le ...
«1234»