1. Le temps des fruits


    datte: 18/09/2018, Catégories: fh, frousses, voisins, amour, ffontaine, Oral, Oral, couplea3, Auteur: Charline88,

    Résumés des épisodes précédents : La fontaine des tentations La fin de la guerre et le retour des hommes. Entre attente et travail, de quoi sont fait les jours. Les fautes de femme À force de tant mettre la cruche à l’eau, un jour elle se remplit et déborde. Les secrets de famille Un jumelage prévu entre deux villages peut parfois aussi faire basculer les existences. Les apparences L’existence apporte parfois son lot de surprises, pas toujours meilleures à entendre qu’à dire ! ________________________________________ Ernst gardait le goût de ce si tendre baiser. Il n’aurait pas su décrire ce qu’il ressentait, mais tout son être aspirait à aller plus loin avec la demoiselle. Elle n’avait toujours pas daigné lui communiquer son prénom, mais pourtant un cyclone venait de s’abattre sur lui. Complètement remué de l’intérieur, d’autres endroits, du coup, changeaient de volume. Il n’en finissait plus de la serrer contre sa poitrine dans un élan irrépressible. La barrière de la langue n’avait soudain plus cours puisque les leurs trouvaient leur voie dans de folles envolées. — Nous sommes fous ! Je je ne comprends pas ce qui m’arrive. Mais je sais que ce n’est pas raisonnable.— Tant mieux pour moi ! Mais que votre folie m’est douce puisqu’elle me permet de vous garder contre mon cœur. Il bat plus vite, plus fort ; je suis conquis par votre beauté.— Nous n’avons pas le droit : je j’aime un autre garçon.— Oh, vous en êtes si certaine ? Je trouve vos lèvres si tendres, si présentes ...
    dans les embrassades ! Vous êtes si nature, si spontanée. Et puis je crois que je vous aime.— Vous m’aimez ? Comme ça, en un quart d’heure ? Vous vous moquez de moi. Ah, lâchez-moi !— Pourquoi ? Vous avez peur de moi ? Ou plutôt de vous, je pense. De vos réactions, je le sens.— Non ! De ma mère seulement ; elle revient. Vous entendez ses pas qui martèlent la cour ?— Alors, si votre maman revient Il s’était reculé de deux pas et avait fini par laisser filer la taille de la jeune fille. Sa mère arrivait avec son panier d’osier tressé, celui dans lequel elle avait sagement fini de plier les frusques qui séchaient à l’extérieur, derrière la maison. — C’est bien, Joëlle ; je vois que tu as servi une limonade à notre jeune ami. Ça me fait tout bizarre de savoir un Allemand chez nous ! Vous savez, jeune homme, il fut un temps où nous aurions été mal vues pour ce simple fait.— J’imagine, Madame. Mais nos pères n’ont pas tous été sages. Et qu’ils aient été élevés d’un côté du Rhin ou de l’autre, un grand brassage a tout de même eu lieu.— Ouais Les filles qui ont été tondues par ici ne diront jamais merci à vos soldats !— Je m’en doute. Pourtant, si l’on y songe, les mêmes ont pu aussi coucher avec vos alliés sans aucunement être inquiétées, alors que seule la couleur de l’uniforme avait changé. Donc il s’agit bien d’être vainqueur ou vaincu ; et malheur au perdant !— Je crois que ce sont surtout les exactions faites par les vôtres qui nous ont traumatisées. Les Américains, eux, se sont ...
«1234...16»