1. Nadia


    datte: 18/09/2018, Catégories: fh, gros(ses), grosseins, boitenuit, Oral, init, prememois, Auteur: Homme romantique,

    Résumé de l’épisode précédent : «Candy » Les jours suivants sa rencontre avec Candy, Maître Ordier ne savait que faire. D’un côté, il brûlait d’envie de dévoiler à tout le monde la véritable nature de la prétendue compagne de Grégoire qui était, en réalité, une call-girl. Il voulait à tout prix humilier le jeune avocat qu’il savait bien plus brillant que lui et cela constituait une occasion en or. Mais, d’un autre côté, il se souvenait des menaces de Candy qui, après l’avoir humilié, lui avait interdit de dévoiler la vérité à son sujet sous peine des pires représailles. Maître Ordier était forcé d’obéir à Candy et de renoncer à sa vengeance. Pour couronner le tout. Clémence, sa compagne qui travaillait au cabinet d’avocats, s’était aperçue de son appel à une agence de call-girls et exigeait des explications. ___________________________________________________ — J’ai appelé une call-girl, car elle pourrait m’être utile pour mener une enquête, dit-il dans la précipitation, et le résultat va t’intéresser au plus haut point.— C’est ça, tu penses que je vais te croire quand tu dis que tu as couché avec une pute pour des raisons professionnelles.— Pas strictement professionnelles, mais je te prie d’écouter mes explications, je suis sûr que tu vas être ravie d’apprendre ce que j’ai à te dire.— OK. Rendez-vous ce soir. On couche ensemble et, si tu me fais jouir comme jamais, j’oublie que tu t’es tapé une pétasse et j’accepte de t’écouter. Au fait, pour ce soir, interdiction ...
    d’utiliser ta bite, je veux être la seule à éprouver du plaisir compris ? En bon macho qui se respecte, Maître Ordier préférait nettement éprouver du plaisir qu’en donner à sa partenaire, mais il n’avait pas le choix et il fallait que, cette nuit-là, il assure. Le jeu en valait la chandelle et il savait que Clémence prendrait le plus grand plaisir à humilier Grégoire et Candy lorsqu’elle aurait appris toute l’affaire. Le soir venu, maître Ordier trouva Clémence alanguie sur son lit qui attendait qu’il tienne sa promesse. Il contempla un moment la grande et belle femme blonde trentenaire qui se tenait devant lui. Clémence avait de beaux yeux verts et brillants, une bouche sensuelle et le plus beau corps qui soit, avec des fesses et une poitrine à faire damner tous les saints du paradis. Maître Ordier, lui-même, était un bel homme d’une quarantaine d’années très grand de taille avec un charme et une stature qui ne manquaient jamais de laisser indifférentes ses conquêtes. Tous deux étaient beaux, le savaient, et en profitaient. Maître Ordier n’aimait pas tellement les préliminaires, mais avait une telle expérience sexuelle qu’il était devenu expert et surtout, après un an de relation, il savait parfaitement ce qui excitait Clémence. Faisant l’impasse sur les petits baisers et les mots doux, que tous deux trouvaient ennuyeux, il embrassa immédiatement sa partenaire à pleine bouche. Le baiser fut sauvage chacun voulant dévorer l’autre. Les langues se trouvèrent immédiatement et se mêlèrent ...
«1234...12»