1. DCT, l'agence qui met en scène vos fantasmes (5)


    datte: 20/09/2018, Catégories: Voyeur / Exhib / Nudisme, Auteur: markie,

    Les demandes qui arrivent à «Dreams Come True», comme je l’ai déjà dit, ont parfois un côté surprenant voire totalement saugrenu. Pour tout un tas de raisons il est souvent impossible d’y donner suite parce qu’on ne trouve pas, malgré mon excellent réseau, des personnages suffisamment ressemblants aux célébrités souhaitées, c’est l’écueil le plus fréquent. Ou bien le coût de la mise en scène est tellement astronomique que le client renonce. Je vais donc vous raconter maintenant quelques une des histoires qui me sont parvenues et que je n’ai jamais réalisées. C’est un florilège. La première concerne la famille Leplein. J’ai été contactée, il y a quelques mois par un bourgeois de province, qui s’était entiché de la dynastie du clan. Il ne m’envoya pas un scénario mais carrément une dizaine de chapitres. Le client ne manquait pas d’imagination. Tout y passait, si j’ose dire. On voyait Marinette, la trentaine, gambader dans le domaine de Montrerien en légère robe blanche. Elle rejoignait ensuite son papa, affairé dans l’essayage d’une tenue sombre de colonel SS. Le parrain de la saga familiale se livrait ensuite à des attouchement bien sentis sur sa fille, puis la prenait en levrette sur son bureau. Sa femme de l’époque, Josette, les surprenait et se joignait à eux dans un joyeux trio endiablé. Un autre chapitre présentait Marinette en train de faire campagne dans une banlieue du Nord de la France. Elle distribuait des tracts à tire larigot sur un marché où elle se faisait ...
    peloter par quelques chalands avant d’être embarquée par une bande de loubards qui la faisait tourner dans une cave. Une autre scène la présentait dans un banquet du Parti où, une fois pompette, la quinquagénaire entamait un strip-tease endiablé au cours duquel elle faisait tourner sa culotte par dessus sa tête puis l’envoyait dans la salle. Au vu de son état, ses gardes du corps l’embarquaient précipitamment dans une grosse berline et la baisaient à tour de rôle sur le parcours du retour. Il y avait aussi une scène lesbienne entre la cheftaine et sa nièce, Marionette. Les deux prenaient l’ascenseur, Marinette le bloquait et abusait de sa pimpante nièce, un peu farouche au début puis carrément consentante. Le bouquin comptait encore pas mal de scènes du même acabit, que j’ai fini par oublier. Ah si! Une petite dernière dans laquelle Marionette, reprenant son véhicule après un meeting à Carpentras, était abordée par quatre jeunes beurs. Elle était habillée en costume d’écolière et finissait sur le capot de sa voiture, la culotte sur les chevilles, empalée par le carré d’énergumènes J’eus de multiples contacts avec cet auteur si prolifique. Il est bien évident qu’il était impossible de réaliser la myriade de scénarios qu’il proposait. Je lui demandais donc de choisir. Il ne se décida jamais et finit par m’avouer qu’il était simplement tenaillé par le démon de l’écriture et souhaitait confronter ses écrits au regard d’un professionnel. Nous sommes restés en contact et j’utilise ...
«123»