1. Fantasme culinaire


    datte: 22/09/2018, Catégories: ffh, frousses, couplus, fsoumise, Voyeur / Exhib / Nudisme, Oral, Oral, pénétratio, aliments, couple+f, Auteur: Drivinjack,

    Le maître d’hôtel entre en poussant une table roulante sur laquelle une magnifique jeune femme rousse est attachée. Ses cheveux, réunis en une savante coiffure, font une couronne flamboyante au-dessus de sa tête et un contraste magnifique avec sa peau laiteuse parsemée de fines taches de rousseur. Les bras liés le long du corps, paumes vers le ciel, les chevilles attachées aux cuisses pour maintenir ses jambes fines très écartées. Sur sa poitrine menue, mais ronde, des cercles du même métal que celui autour de son cou et ses poignets entourent ses seins et forment deux coupes dans lesquelles a été déposée de la crème chantilly parsemée de morceaux de fraises, de framboises et de pêches. Sur son ventre plat, un éblouissant tableau coloré composé de fruits et légumes représente une soumise en posture de présentation. Dans ses mains sont déposées des coupelles de sauce, dont une légèrement pimentée. Sur chaque sein se trouvent deux baguettes reliées par des élastiques qui enserrent ses jolis tétons. Il nous faudra donc les détacher afin de nous en servir pour saisir les aliments. Le maître d’hôtel sort, nous laissant seuls, mon épouse, la sublime femme-œuvre d’art et moi. Dans un premier temps, nous n’osons pas toucher à cette merveille qui est pourtant offerte à tous nos désirs. Voilà deux ans maintenant que je préparais ce moment et, maintenant que je peux faire ce que bon me semble, je n’ose pas. Je reste subjugué par la beauté de l’ensemble, ému jusqu’aux larmes que ma ...
    douce amie ait accepté de se plier à ce petit jeu, que ma femme soit complice de cet instant magique. Presque timidement, je m’approche et ma main passe sur sa joue, fait le tour du bâillon-boule qui obstrue sa bouche, descend dans son cou et remonte dans ses superbes cheveux roux. Je me penche vers elle et lui dépose de doux baisers sur le front et les joues. De l’autre côté et simultanément, mon épouse fait de même et je ne peux contenir quelques larmes de joie, de bonheur, d’émotions variées. Pour la première fois depuis que je la connais, mes mains et ma bouche s’égarent doucement sur ce corps somptueux et en suivent toutes les courbes, les creux, les lignes élancées qui sont accessibles. Mes mains glissent sur ses bras, suivent les épaules jusqu’à son cou fin et délicat, redescendent vers son ventre en effleurant l’extérieur de ses beaux seins ronds, effleurent ses flancs puis, arrivées aux cuisses, les contournent pour venir se poser sur les fesses, sublimes et rondes et finir leur route sur les chevilles si fines. Ses petits gémissements étouffés par le bâillon ne me conviennent pas, me frustrent, donc j’ôte celui-ci et dépose un tendre baiser sur ces lèvres douces et délicates immédiatement suivi par celui donné par ma tendre compagne. Je prends délicatement les baguettes afin que nous puissions commencer à déguster tout ce qui nous est ainsi offert. Un léger gémissement accompagne la délivrance de ces superbes mamelons lorsque le sang se remet à circuler librement, mais ...
«123»