1. J'ai rencontré la patronne du magasin (3)


    datte: 24/09/2018, Catégories: Lesbienne, Auteur: sifeminin,

    Salut c’est votre folle de lycra. Dans le chapitre précédent je vous racontais comment j’avais rencontré Muriel dans un magasin dont telle était la responsable. Elle ne s’était pas privée de me coincer dans une cabine d’essayage excentrée où elle a pu me dévergonder, impunément, à l’abri de tous les regards. Elle profitait d’une autorité naturelle à laquelle on ne pouvait que céder, chose que je fis bien évidemment. Après cette aventure dans son magasin, nous nous étions retrouvées un soir pour nous faire un resto entre femmes dévergondées. Cette femme me faisait faire ce qu’elle voulait et finalement ce n’était pas pour me déplaire. Elle était en train de me faire tourner la tête j’étais en train de tomber dingue d’elle. Voilà comment après ce repas j’étais rentrée sans ma culotte mais avec la sienne toute trempée dans ma poche. Cela me faisait tout drôle de faire des cachotteries à mon mari mais mine de rien la soirée passée avec Muriel m’avait follement excitée. Je ne sais pas si j’avais envie de remettre ça tout de suite avec elle ou de m’envoyer en l’air avec mon homme mais une chose est sûre, ce soir j’avais encore envie de sexe. Une fois bien installée à la maison, Franck mon mari est venu me voir pour me dire qu’il me trouvait bizarre ce soir. Je lui ai expliqué que j’étais encore sous le choc d’avoir retrouvé mon amie et lui ai inventé comme quoi nous étions très intimes voilà bien longtemps. Pour couper court à ses questions, je me suis agenouillée devant lui, j’ai ...
    baissé son pantalon et je me suis mise à lui faire une fellation ; choses qu’il adorait surtout dans cette position. J’adorais l’odeur de son sexe, le goût de son sexe, la rigidité et la taille de ce dernier. Mes mains étaient accrochées à l’arrière du haut de ses cuisses et de temps à autre je le regardais je croisais son regard qui reflétait le plaisir que je lui donnais. J’adorais aussi aller me promener entre ces deux lobes fessiers car je le savais sensible à cet endroit-là. J’ai l’impression que lui aussi était chaud ce soir et j’étais consciente que si je continuais à le pomper je n’allais pas tarder à récupérer toute sa liqueur au fond de la gorge. Je l’ai donc invité à ce que nous allions dans la chambre pour véritablement passer aux choses sérieuses. Lui ne le savait pas, mais au fond de moi je savais que j’étais prête à l’emploi car dépourvue de culotte. J’étais excitée au point de vouloir rester habillée pendant qu’il allait s’occuper de moi, en fait j’adorais monter à califourchon sur lui et venir m’empaler sur son sexe. Il y avait un côté érotique à voir cette robe dissimuler nos ébats qui m’excitait beaucoup. Elle faisait un peu comme un soufflet quand je redescendais sur lui et que son dard allait profondément se cacher en moi. Une fois en position sur le lit conjugal mon mari n’a pas du tout été étonné que je sois à ce point désireuse de lui ce soir. Il n’a pas fait attention non plus au fait que mon minou et ma jupe sentaient très fort le sexe féminin ; mais ...
«1234»