1. Première expérience entre filles à l’internat


    datte: 26/09/2018, Catégories: Lesbienne, Première fois, Auteur: style02,

    J’ai toujours été une élève plutôt sage. Dès mes 15 ans, mes parents m’ont placé dans l’internat Saint Catherine, qui dispense une éducation stricte et qui bien sûr n’est pas mixte. Autant vous dire qu’après des années coupée à moitié du monde mes hormones commencent à se réveiller. Notre sujet préféré est toujours le même : les mecs. Certaines de mes copines font le mur pour retrouver leur copain, mais ça reste rare, et on s’ennuie. Dans mon dortoir nous avons inventé un jeu. C’est le genre de jeu qui ne s’arrête jamais, le jeu des défis. Chaque semaine à tour de rôle, une des filles impose un défi que toutes doivent alors relever sous peine d’être éliminées. Au début on a commencé doucement : voler un objet dans un autre dortoir, faire des mauvaises blagues aux professeurs. Mais le jeu a rapidement pris une nouvelle tournure…Je suis combative et très fière il était hors de question pour moi de perdre. Le premier défi un peu hors normes était plutôt simple : ne plus mettre de sous-vêtements sous nos uniformes. L’uniforme est obligatoire à Sainte Catherine, une jupe ou un pantalon bleus foncés, un tee shirt, une chemise ou un pull bleu clair, blanc et bleu foncé. Classique mais efficace. Le lundi me voilà donc nue sous ma jupe. J’avais l’impression que tout le monde le savait et la sensation était plutôt bizarre mais pas désagréable. Les professeurs ne se doutaient de rien c’était encore plus excitant. Le soir en repensant à tous ceux qui m’avaient vu sans savoir que ...
    j’étais nue, je ne pouvais m’empêcher de sentir une douce chaleur grandir entre mes jambes. S’en est suivi le défi de la traversée, il s’agissait de traverser le couleur des surveillants nue. Difficile mais faisable. Le pire aurait été de se faire prendre par le concierge qui est antipathique au possible. Personnellement je le soupçonne d’être un gros pervers. Le genre qui prend plaisir à se promener dans un lycée et un internat de jeunes filles toute la journée, et à saisir le moindre prétexte pour les punir. Je suis passée en première, me suis déshabillée devant mes copines et me suis élancée dans le couloir à toute vitesse. C’était exaltant. Sur les 8 participantes du début nous n’étions plus que 3. Tout s’est alors accéléré lors 3ème défi : embrasser une fille dans un délai de trois jours. Pas de triche possible et pas question de défiler. Le tri a été rapide. Je ne voulais pas embrasser une de mes amies, ni quelqu’un de plus jeune que moi ou trop innocent. La personne ne devait pas s’en douter ni refuser sous peine de provoquer mon élimination. Il s’agissait de jouer finement. Mon choix s’est finalement arrêter sur celles que nous appellerons « M ». Grande, brune, plutôt jolie mais avec un drôle de caractère. Elle était dans la même année que moi mais pas dans la même classe. Nous n’avions jamais été proches. La soirée clandestine de samedi soir serait parfaite. Chaque samedi soir en effet l’un des dortoirs de Terminale et de Première organisait une petite fête histoire de se ...
«123»