1. L'inconnue de la voiture 12


    datte: 26/09/2018, Catégories: Masturbation, Première fois, Auteur: pompier37,

    1er janvier 2018, 5h30. A cette heure-ci, il n'y avait pas grand monde sur le quai de la gare de Toulouse Matabiau. Nous étions une dizaine, peut-être quinze, à attendre le TGV de 5h40 en partance pour Lyon. Et à voir leurs mines de déterrés, tous avaient peu dormi, ou comme moi, pas dormi du tout. Je revenais de la soirée que mon meilleur ami avait organisée pour le Nouvel An. Je n'étais pas chaud pour venir à cette soirée, qui se déroulait à 550km de chez moi. Je travaillais le 30 au soir, puis le 1er dans l'après-midi, et me condamnais ainsi à un aller-retour express, juste pour l'évènement. Pourtant, j'avais abdiqué. Il faut dire que mon ami avait su trouver les mots justes, en me promettant une tonne de bouffe, d'alcool, et de filles. Tout, m'avait-il assuré, pour passer la plus belle soirée du Nouvel An. Et effectivement, il y avait un bon buffet, une réserve d'alcool presque illimitée, et plein de filles. Plein de filles en couple, avec qui rien ne pouvait arriver. J'ai bien essayé les quelques célibataires de la soirée, mais quand l'une me disait préférer les filles, l'autre était juste trop saoule pour répondre quoi que ce soit. A cinq heures, j'ai donc annoncé à mon ami qu'il était temps pour moi de rentrer à Lyon, et c'est ainsi que je me suis retrouvé un peu bourré et très frustré, à attendre dans le froid.Quand le train est entré en gare, tout le monde s'est précipité pour monter et se mettre au chaud. Nous étions deux en voiture 12. Une femme était en train ...
    de s'assoir à sa place, dans les fameux "carrés" de la SNCF, ou deux paires de sièges se font face. La place qui m'était attribuée se trouvait à l'autre bout du compartiment, pourtant je me suis avancé vers elle, j'ai regardé mon billet et ai fait mine d'avoir trouvé ma place. Je me suis installé face à elle, lui lançant un sourire et un timide bonjour de la tête. Je l'ai dévisagée, aussi discrètement que possible. Elle était jolie. Très jolie. Les cheveux blond vénitien, les yeux verts, des tâches de rousseur. Vingt-cinq ans à tout casser. Je ne pouvais rien voir de son corps, dissimulé sous un gros manteau. Puis le train est parti. Deux minutes plus tard, le contrôleur passait une annonce pour nous annoncer les arrêts que le train allait faire, les horaires, mais aussi pour nous souhaiter à tous, avec une pointe d'humour, une bonne année. Ma voisine et moi-même avons souri en écoutant le message, ce qui m'offrait une parfaite excuse pour entamer la conversation._ Si je peux me permettre, il a raison, ai-je commencé, bonne année !_ Merci, m'a répondu la jolie voisine, dont la voix allait terriblement bien avec son physique. Bonne année aussi !_ Merci ! Vous aussi vous avez dû écourter votre réveillon ?_ Oh, oui, mais mon réveillon ne valait pas vraiment la peine de rester plus, de toutes façons._ Ah ?_ Oui, je suis venu ici pour mon copain, on était censés faire la fête ensemble, mais à 23h, il était ivre mort et vomissait dans la rue. Ma soirée n'a été que désastre et ...
«1234»