1. un après midi photo (1)


    datte: 27/09/2018, Catégories: Gay, Auteur: fatout,

    Un après-midi de photo Je suis un passionné de photo, de tous genres, mais surtout de la campagne, moi le citadin depuis 60 ans ; en cette après-midi, en période d’automne, je me promène dans le bocage vendéen, surtout à la recherche de belle grange, au milieu du marais. Le temp est super, il fait doux et je déambule, prenant mes photos au déboulé, je les trierais plus tard. Une grange retient mon attention, assez bien conservée et en bordure d’une étable, à la limite d’un chemin ; je peux donc m’y rendre sans problème. Je mitraille et je m’approche, espérant pouvoir prendre des photos de l’intérieur, quand arrivé auprès d’une porte, je perçois des sons et des paroles qui me surprennent ; manifestement, il y a un couple et il ne joue pas aux cartes ; glissant doucement dans l’entrebâillement, je découvre le dos d’un costaud, le pantalon sur les chaussures, les fesses à l’air, manifestement en train de prendre son pied en baisant ; les coups de butoir sur le fessier claquent puissamment ; il y met du cœur et les cris traduisent le plaisir de celle qui se fait prendre. J’ai vite la trique et je me caresse par-dessus mon jean, essayant de me rendre le plus discret possible ; mais je suis trop excité et finalement, je sors ma queue et je commence à me branler J’ai du faire trop de bruit, car l’homme se retourne, et me voyant la tige à la main, me dit de les rejoindre ; une petite hésitation , et finalement je les rejoins ; première stupeur, ce n’est pas une fille, mais un ...
    homme, complétement nu ; penché sur de la paille, il se fait sodomiser et si j’en crois la taille de la queue qui le prend, son cul doit être bien rempli, car quand il ressort, avant de le percuter encore plus fort, je peux constater que le membre fait au moins20 cm, mais surtout, il a l’air d’être d’un gros diamètre. Me postant à coté d’eux, je continue à me branler, sous le regard du sodomisé ; soudain le costaud, le fait se tourner vers moi, lui rapprochant le visage de ma queue bandée ; il a compris le message et docilement, il me prend en bouche, avidement il me gobe le dard, l’enfonçant profondément dans sa bouche ; il ne peut pas beaucoup bouger, c’est donc moi, lui prenant la tête qui me branle entre ses lèvres ; le paysan m’encourage, « vas-y , profites en et vide toi en lui » ; en fait il ne me faut pas longtemps pour jouir et lui envoyer toute la sauce, sans me retirer sous le flot des jets, il manque de s’étouffer et quand je ressors, il n’a pas pu tout avaler et ma jute s’écoule sur ses joues. L’homme s’est retiré, et l’anneau qu’il vient de défoncer est énorme ; il me fait signe que je peux le remplacer et encore bandé, je m’enfile dans la cavité offerte ; je suis moins gros que l’autre et je dois gesticuler pour bien sentir le cul offert, puis petit à petit , il se resserre et callé entre ses parois, je peux à mon tour le sodomiser profondément ; accroché à ses hanches , je le pilonne, alternant force et douceur ; il semble apprécier, puisqu’à nouveau, nous pouvons ...
«12»