1. Ma première fois : fellation et sodomie


    datte: 29/09/2018, Catégories: hh, hotel, Oral, hdanus, hsodo, init, Auteur: Fdm,

    Je me suis souvent demandé ce que ça faisait de se retrouver dans la peau d’une femme. Sexuellement, bien sûr : l’envie qui me tenaille est de découvrir une autre facette du sexe, celle où c’est l’autre qui bande et qui introduit sa bite dans mes orifices. Pour réaliser ce fantasme, ce n’est pas si facile qu’on pourrait le croire. Certes, il existe de nombreux sites d’annonces gay, mais pour y trouver quelqu’un qui donne envie de passer à l’acte, et qui ne soit pas là uniquement pour fantasmer sans concrétiser, la recherche est longue et laborieuse ! Bien souvent, frustré mais excité, je me branlais en regardant des vidéos porno gay, en m’imaginant à la place de ce type qui se fait prendre en levrette, qui tire la langue pour recevoir ces giclées impressionnantes de sperme, et les avale goulûment. Et puis, un beau jour, finalement, le bon contact arrive. Il était bi comme je pensais l’être moi-même, et avait répondu à mon annonce, dans laquelle je décrivais précisément l’objet de ma recherche : des rencontres occasionnelles, de préférence suivies avec le même partenaire. Nous avons ensuite échangé par mail nos envies respectives, et nous correspondions parfaitement. Son fantasme à lui était la sodomie. Ses compagnes passées et présentes n’avaient jamais voulu lui accorder ce plaisir, et il s’était dit que le milieu gay / bi serait sans doute plus ouvert sur le sujet. Nous avons commencé par échanger des photos, en parlant de nos envies et désirs respectifs. En ce qui me ...
    concerne, le physique général m’importe peu. Ce qui compte, c’est la bite. Il faut qu’elle soit belle, à mon goût, ni trop petite (j’aimerais sentir quelque chose, tout de même), ni trop grosse (je ne voudrais pas non plus trop sentir !), afin de pouvoir la prendre en bouche et dans mon cul correctement. Vous l’aurez deviné, la sienne était à mon goût. Physiquement, nous nous ressemblions, la quarantaine, un léger embonpoint, velus sans excès. De son côté, la photo de dos que je lui avais envoyée l’excitait. Il imaginait introduire son gland dans mon anus, puis me prendre par les hanches et pousser doucement pour s’introduire en entier. Côté fantasmes, je lui avouai que j’étais très excité à l’idée d’être soumis à un homme, qui me dominerait soft pour m’imposer ce qu’il voulait que je lui fasse. Forcément, le niveau d’excitation a atteint la masse critique, et il a fallu qu’on se rencontre pour assouvir tout ça ! Nous avons choisi un terrain neutre, un hôtel pas cher et anonyme comme on en trouve un peu partout. Il avait été convenu que j’arriverais en premier, pour louer la chambre. Une fois installé, je lui ai envoyé le numéro par SMS, et il a été très difficile de me retenir de me branler en l’attendant, tant l’envie était forte. J’ai tout de même préparé mon anus avec du gel et plusieurs doigts, histoire de patienter. Un cognement à la porte, c’était lui. Dans notre scénario, nous avions convenu de ne pas échanger de paroles inutiles, de conserver la pénombre dans la chambre ...
«1234»