1. Initiation brutale (1)


    datte: 29/09/2018, Catégories: Gay, Auteur: Eric989,

    J’étais dans ma dix-neuvième année, encore assez innocent des choses du sexe, on était moins déluré que maintenant à cette époque d’avant 68 et j’avais juste joué un peu à quelques branlettes mutuelles avec un cousin éloigné du même âge quand nous étions en vacances et couchés dans le même lit en Bourgogne. Pas moche, assez maigre, 1m 82, brun aux cheveux longs. Je trainais souvent sur les grands boulevards et, j’en étais féru, je vois un cinéma spécialisé dans les films d’horreur vers la porte Saint Denis. Une salle pratiquement vide, déjà dans le noir. Je m’installe seul dans une rangée et ne suis pas intrigué par une silhouette massive et sombre qui vient s’assoir à côté de moi alors que la salle est peu occupée, toute mon attention retenue par un film où les vampires s’attaquent à de frêles jeunes filles légèrement vêtues. Soudain, un contact, bref, comme si la main de l’inconnu avait glissé contre ma cuisse, je tourne la tête et devine plus que je ne vois un homme mur, sans doute dans les 45 à 50 ans, vêtu de sombre et qui regarde, comme moi, l’écran. Mais quelques minutes plus tard, même contact plusieurs fois de suite, intrigué je ne bouge pas et la main glisse mais reste sur ma cuisse qu’elle serre légèrement. Ce contact me fait de l’effet et je ne réagis pas, juste ma respiration s’accélère un peu et sans doute est-ce visible car la main enserre maintenant ma cuisse et remonte doucement vers ma braguette. Elle s’y arrête, je suis tétanisé et n’ose bouger, plus ...
    craintif par le fait qu’on pourrait le voir, mais la salle est pratiquement vide et je me laisse aller. Comme si l’autre l’avait compris, la main a maintenant pris possession de mon sexe qui commence malgré moi à durcir à travers l’étoffe et je sens qu’elle ouvre doucement ma braguette, par réflexe je tente de resserrer les cuisses mais l’autre main, presque brutalement écarte mes genoux et je cède paniqué mais avec aussi une excitation sale et inconnue qui me retient de me débattre. Des doigts épais et rêches s’emparent de mon sexe et le serre presqu’à me faire crier tout en commençant un mouvement de va-et-vient qui achève de me faire bander, cuisses écartées, soumis à l’inconnu entreprenant. Quand il sent que je vais jouir, son autre main saisit la mienne et l’entraine sur sa braguette ou je sens une bosse cylindrique qui me parait bien grosse et que machinalement je serre tout en lui arrosant copieusement les doigts de mon sperme complètement dominé. Une voix me chuchote à l’oreille, allez rajuste toi petite cochonne (ces mots me font un drôle d’effet) et je me sens complètement à sa merci malgré ma honte d’avoir pris un plaisir inconnu encore. Je lâche, presqu’à regret la queue que j’avais saisie à travers l’étoffe et je rentre mon sexe maintenant plus mou et ferme ma braguette. Je n’ose plus bouger, tout à ma jouissance subite quand j’entends de nouveau la voix, viens, suis-moi, j’habite à côté, tu vas te nettoyer chez moi. La silhouette qui me parait gigantesque se lève et ...
«123»