1. Histoire imaginaire dans une ville perdue. (2)


    datte: 29/09/2018, Catégories: Inceste, Auteur: HamsterJoe,

    Je m’appelle Jessica et je crois être complètement malade. Je ne sais pas ce qui me prend mais je crois que j’éprouve un gros, mais genre un gros, gros CRUSH sur mon père. J’avais pris la décision de ne pas tenter quoique ce soit , de ne pas céder à mes pulsions. Cette décision a été motivée par le fait qu’il m’avais repoussé. Gentiment? Je ne sais pas. Toujours est il que je ressens une grande honte et beaucoup de réserve quand je le croise. C’est vraiment compliqué. Mon père, en homme formidable qu’il est, avait bien pris soin de me rassurer. «Je t’aime ma puce. Ne faisons pas quelque chose que nous regretterions d’accord.» C’était ses paroles et elles résonnent en moi. Je tente depuis de prendre sur moi et de tasser tout ça au fond de moi. Cependant un soir, je ne pouvais pas trop faire autrement. J’avais besoin de me détendre. Aussi je me suis cachée sous la couette pour me donner du plaisir. J’ai atteint l’orgasme assez vite et j’allais me rendormir, lorsque j’ai entendu du bruit . Du bruit venant de la salle de bain. Il était 3 heures du matin. Dans la salle de bain, tu étais là. Seul, nu, assis sur le rebord de la baignoire. Si beau. Ton sexe rigide est immense, si viril. Je n’en crois pas mes yeux. ni mes oreilles. Tu t’es masturbé. Secouant ton sexe, murmurant doucement un prénom mon prénom. Ni une , ni deux, je rentre dans la pièce et verrouille la porte derrière moi. Surpris, tu as à peine le temps de cacher avec maladresse ton pénis à l’aide de tes mains. Tu peux ...
    prendre ton air autoritaire, mais je ne suis plus dupe. Toi aussi, tout autant que moi, tu as envie. Je ne reculerais plus. «Jessica, qu’est ce que tu fais là?» Mon père comprend assez vite pourquoi je suis aussi près de lui à cette heure tardive. Ou alors c’est mon sourire qui trahit mes intentions. Cette fois ci papa, tu ne pourras pas m’arrêter. «Jessica, non, retourne dans ta chambre...No .nnnnn » Trop tard, je ne me retiens plus . Regarde moi, admire moi. Mate mes seins, ils ont grandi pas vrai ? Allez donne moi quelque chose. «Oh c’est pas possible !! Non... » Oui, ça y est, je l’ai eu. Il est à moi. Papa est moi ! J’avais bien fait de ne porter qu’un tee shirt cette nuit. Bon pour la culotte, c’est pas trop grave si elle n’est pas très sexy. Je vais pouvoir la retirer assez vite. Et ça marche. Sinon mon père m’aurait déjà empêché de prendre dans mes mains son sexe devenu bien rigide. Je prend place à genoux devant son entre jambe, plus de places pour les paroles, je vais le sucer. Je veux connaître la sensation que ça fait, quand on prend un sexe d’homme dans la bouche. « Jessi... » Je prend un air ingénu, j’adore lui faire ça. Ça m’a évité bien des problèmes depuis ma plus tendre jeunesse. «Ça ne va pas? » Je termine ma phrase en embrassant bruyamment son gland. Il est chaud, mouillé, et je sens bien les puissantes pulsations qui provoque des pulsations tout le long de sa verge impressionnante.. J’ai le temps d’engloutir sa verge avant qu’il ne tente de me retirer de ...
«12»