1. Les actrices (1)


    datte: 03/10/2018, Catégories: Partouze, Auteur: Ambassade,

    Je m’appelle Eric, j’ai 43 ans et j’habite un gros village dans l’ouest de la France. Après mes études j’ai bossé près de pas mal d’année à Paris, dans le milieu de la finance. Je gagnais très bien ma vie mais je ne comptais pas mes heures. De ce fait, côté conquête, à part quelques coups d’un soir, c’était un peu le désert. Si vous ajoutez à ça que mon boulot ne me plaisait pas plus que ça, ça vous donne une idée de la joie de vivre qui me caractérisait à l’époque. Il y a quelques années, un coup du sort m’a fait reconsidérer toute ma vie : la mort de mon grand-père. Ça m’a fait un choc, j’aimais beaucoup mon grand-père. De plus, le jour de ses obsèques, j’ai appris qu’il me léguait sa ferme, avec toutes les dépendances et les terrains. Cela faisait beaucoup d’un coup, et après un moment de réflexion, j’ai décidé de profiter de l’occasion pour changer de vie. Comme je ne voulais pas voir disparaitre la ferme, et n’ayant aucun talent ni aucun goût pour l’agriculture, j’ai vendu certains terrains à des agriculteurs du voisinage, et ai transformé la maison en gîte rural d’assez haut de gamme. Aujourd’hui, je ne regrette rien. Mon gîte marche bien, je renoue avec les relations sociales et les solides amitiés, notamment avec Gilles le restaurateur qui est lui aussi revenu en catastrophe dans la région, pour reprendre le restaurant de son père trop prématurément décédé. Quant à ma vie sexuelle, elle est bien meilleure qu’avant. Ce n’est pas encore tout à fait ça, mais j’ai ...
    plusieurs plans cul et même si je sais très bien que tout cela est temporaire, je m’en contente pour l’instant. Ce matin-là, je me suis levé relativement tôt pour un dimanche, la famille qui m’a loué le gîte pour la semaine devait partir et je devais procéder à un rapide état des lieux. Tout était en ordre, je récupère les clés et mes locataires, visiblement très satisfait de leur séjour, sont repartis tranquillement. D’ordinaire, après chaque départ de locataires, j’ai peu de temps pour tout remettre en ordre (serviette de bain, papier toilette, changer une salière vide, ), mais là, je n’avais personne la semaine suivante. Je pris donc mon temps et il était presque midi lorsque je terminai. Comme il faisait beau, je décidai de ne pas rentrer directement chez moi et me voilà à flâner tranquillement dans la forêt qui borde le gîte, en profitant du soleil. Au détour d’un chemin, je suis tombé soudainement sur un spectacle que l’on ne rencontre pas souvent en sous-bois : deux vans et un véhicule type monospace stoppés les uns derrière les autres, et une quinzaine de personne regroupées autour. Drôle d’endroit pour une réunion. En m’avançant encore, je pus mieux distinguer les personnes, 10 jeunes femmes d’une bonne vingtaine d’année et 4 hommes plus âgés, une quarantaine d’année environ. Un détail me frappa aussitôt : toutes les jeunes femmes sont habillées ultra sexy (limite vulgaire) et ont toutes des seins bien trop gros pour être naturels. Et pour couronner le tout, j’avais ...
«1234...»