1. L'étalon aiguille (5)


    datte: 04/10/2018, Catégories: Transexuels, Auteur: Sam Botte,

    "J’veux du cuir" Tiffanny me réveilla en collant son corps chaud contre le mien. — Je peux te demander un service, Sam? — Bien sûr, vas-y. — Est-ce que tu voudrais bien préparer le petit déj’ en sortant de la salle de bains. Je voudrais récompenser Marie-Thérèse des efforts qu’elle a faits pour se racheter. — D’accord, c’est vrai qu’elle a droit à une compensation Je l’embrassai sur la bouche, lui fit un clin d’œil et les laissai tous les deux. Une demi-heure plus tard, je regardais Philippe à la dérobée tout en finissant mon café : il avait le sourire aux lèvres et ne semblait pas marqué par la nuit qu’il venait de passer. Tiffanny nous laissa seuls un moment pour passer à son tour par la salle de bains. — Ça va Philippe? — Oui. Pourquoi ça n’irait pas? — Je… Je trouve que tu as une sacrée force de caractère ! — Bah ! C’est une question d’habitude, tu sais. Enfin, pour dormir comme ça, je veux dire. Par contre, voir quelqu’un d’autre faire l’amour avec sa femme, ça c’était la première fois. … Et, très honnêtement, c’est un peu dur ! Surtout que vous avez manifestement pris un vrai plaisir à le faire tous les deux. Pour continuer à être tout à fait franc avec toi, j’avais déjà un peu les boules de te voir aussi facilement mettre ses bottes et ses vêtements. Ils te vont, tu prends ton pied dedans, et en plus, elle, ça la fait "toute chose" comme elle dit de te voir ainsi. Elle me l’a demandé, tu sais, je veux dire, elle m’a demandé si je serais d’accord pour que les choses ...
    aillent plus loin entre nous trois. Et moi, j’ai dit oui. D’abord parce que je l’aime et que je veux, enfin, j’essaye de satisfaire tous ses désirs, et puis certainement aussi en partie à cause de ce vieux fantasme de voir sa femme baiser avec quelqu’un d’autre ! Enfin, bon, globalement, ça va, Sam, ça va — Merci Philippe. — Pas de quoi. — Je veux juste que tu saches que je vous respecte beaucoup Tiffanny et toi. Ça peut te paraître idiot comme réaction, mais moi aussi, je veux être honnête avec toi. Elle réapparut quelques minutes plus tard, plus belle et sexy que jamais. Elle avait choisi un pantalon taille basse en cuir marron orné en guise de ceinture d’une chaînette fermée par un mousqueton. Une trentaine de centimètres de métal doré pendait négligemment sur l’intérieur de sa cuisse. L’agneau moulait ses fesses et mettait en valeur son ventre plat et sa taille fine. Elle portait dessous ses bottes couleur sable à talons droits. Un pull beige à col en V et son manteau en cuir noir parachevait sa tenue. Il était très souple, descendait à mi- mollets avec une fente dans le dos qui remontait jusqu’en bas des fesses. — Hé Sam ! Tu n’es pas habillé? Hurry up, on va être à la bourre, mon vieux — Je fonce ! Le temps de te piquer une culotte et d’enfiler mon jean et j’arrive. Fais chauffer le moteur ! Elle ouvrit la bouche, mais avant qu’elle n’ait eu le temps de répondre, j’avais quitté la cuisine. Je la rejoignis. Elle s’était installée au volant et nous démarrâmes aussitôt. — ...
«1234...»