1. Mon petit frère Victor, cette statue grecque (1)


    datte: 04/10/2018, Catégories: Inceste, Auteur: spysinus,

    Mince qui peut bien sonner chez moi à cette heure si tardive ? Nous sommes un samedi soir, à Montpellier, et il est plus de deux heures. Il pleut dehors. J’étais àdeux doigts d’aller me coucher, vêtue seulement d’un tee-shirt de mon ex qui traînait, et qui m’arrive à mi-cuisses. Je vais ouvrir, assez mécontente du dérangement causé. - Salut Mathilde. On te ramène Victor, on savait pas quoi en faire. Il a bien trop bu, on veut pas le laisser prendre sa voiture, et vu que tu habites dans le quartier.... Victor c’est mon petit frère, et celui qui vient de me parler, c’est Julien, son pote. Victor fait ses études à Montpellier comme moi. Il a à peine plus de dix-huit ans. Nous sommes assez proches lui et moi, mais là pour le coup, ça me gonfle. Si il n’est même pas capable de se contrôler avec la boisson... Je n’avais pas prévu de jouer les chaperonnes ce soir. Il habite dans un quartier extérieur du centre-ville, dans une cité-U, alors que moi j’ai la chance d’avoir mon studio en plein écusson. J’ai eu 20 ans il y a quelques jours. Quand Victor m’a rejoint dans cette ville pour les études, j’ai tout de suite réclamé mon indépendance et refusé qu’il s’installe avec moi. Nous avons donc chacun notre logement. Voici donc Julian qui me remet le colis : mon frère à moitié pêté et tout mouillé par la pluie qui tombe en ce soir de septembre. - Allez viens Victor, allons dans ma chambre, on va se coucher... Mes sentiments maternels reprennent le dessus sur mon petit frère qui n’est pas ...
    dans un joli état. Je l’accompagne donc jusqu’à dans ma chambre, sur mon lit. Il est tout trempe, il va chopper la crève. - Il faut te déshabiller sinon tu vas tomber malade. - Aide moi Mathilde, je crois que j’ai un peu trop bu. Au moins il est conscient de son état. Je lui enlève son tee-shirt, ses chaussures, chaussettes et assez difficilement, son jean. Il se retrouve en boxer devant moi. Victor a toujours fait du sport, et c’est un beaujeune homme bien taillé. Il a les cheveux bouclés et châtains. Son sous-vêtement est mouillé, et il va me tacher mes draps avec ses conneries. - Il faut aussi retirer ton boxer, regarde comme il est tout trempe. - Hein ? Ça va pas, je me fous pas à poil devant toi. T’es ma sœur. - Ah beh ça il fallait y penser avant de boire et de se pointer chez moi un samedi en pleine nuit... Sans même lui laisser le temps de la réflexion, je lui descends son boxer. Je tombe alors nez à nez sur le sexe de mon petit frère. Il est entièrement rasé et de taille toute modeste. Je ne peux m’empêcher de laisser poindre un sourire amusé. Assise à côté de lui sur le lit, j’admire alors pour la première fois le corps nu de mon jeune frère. - Dis donc, tu es une vraie statue grecque. Parfaitement musclé, mais avec un tout petit zizi, dis-je toute amusée. - Ne te moque pas. Ne sois pas méchante. En disant ses mots, je parcours son corps decaresses avec mes mains. Je pars de ses pectoraux jusqu’aux abdominaux. Je glisse même jusqu’à ses cuisses. Puis je remonte mes ...
«123»