1. Ecole du sexe : seconde année (6)


    datte: 07/10/2018, Catégories: Hétéro, Auteur: matchless,

    En ce mardi matin, Alice et Bastien se réveillèrent comme ils en avaient l’habitude. Ils se lavèrent rapidement avant de descendre les escaliers menant au rez-de-chaussée du château pour se diriger dans la salle à manger commune où ils se remplirent la panse avec plusieurs viennoiseries. Ils retournèrent alors dans leurs dortoirs afin de discuter avec les autres étudiants de seconde année avant le début du premier cours de la journée. Bastien et Alice discutèrent rapidement avec Guillaume et Daphnée, leurs voisins de chambre et camarades d’atelier cuisine. Lorsque huit heure approcha, tout un chacun quitta les dortoirs afin de se rendre en cours. -On a EPS, si je ne m’abuse, demanda indirectement Bastien. -C’est ça, répondit Mylène, la sœur de Bastien. Ça va nous changer de la baise vingt-quatre heures sur vingt-quatre. -Il y a aussi les ateliers, fit remarquer Alice. Romaric rit légèrement de la remarque de la jeune blonde. -J’ai dit une connerie ? demanda-t-elle. -Non, c’est simplement que notre atelier danse s’est terminé en partouze générale, répondit Mylène. Bastien manqua de pouffer de rire en entendant cela. -Je me disais bien que tu n’avais pas choisi cet atelier uniquement pour danser, se moqua-t-il. -Oh, ça va, dit-elle sans rougir aucunement. Fais pas comme si t’aurais pas voulu être à ma place. Alice lança un regard menaçant à Bastien avant même que ce dernier ne pût répondre quoi que ce fût. -D’ailleurs, en plus des ateliers et de l’EPS, il y a aussi cours ...
    de littérature, cette année. C’est nouveau, dit Bastien en sifflant afin de changer de sujet. -C’est vrai. Comme je disais, finie la baise non stop, commenta la jeune brune. -A croire que celui qui a fait les emplois du temps a arrêté de se la toucher pour le faire sérieusement, cette année, poursuivit Romaric. Le petit groupe rit de cette remarque. -Putain ! cria à moitié Romaric. Les trois autres le regardèrent en se demandant quelle mouche avait piqué leur ami. -Je me suis mordu la langue ! expliqua le petit-ami de Mylène en se tenant la mâchoire d’une main. -Chez nous, on raconte que quand on se mord la langue, c’est parce qu’on a dit ou qu’on allait dire une connerie, rit Mylène. Romaric, suite à l’incident de sa langue, garda le silence jusque ce que le groupe se retrouvât dans un grand gymnase, dans la cour arrière du château. Si, dans l’enceinte de l’école, la nudité était de mise, ce n’était pas le cas pour le gymnase ; lorsqu’ils entrèrent dans une grande salle multi-sports, les étudiants de seconde année apprirent par leur professeur, un homme de taille moyenne, aux courts cheveux bruns et aux yeux verts, que des tenues de sport leur seraient fournies par mesure de sécurité. Les étudiants se dirigèrent alors vers les vestiaires du gymnase afin d’enfiler les tenues. Lesdits vestiaires étant mixtes, le petit groupe de quatre, composé de Bastien, Alice, Mylène et Romaric enfila des tee-shirts et shorts de sport bleus, ainsi que des chaussures blanc et noir. Bastien ...
«1234...»