1. De Hervé à Vanessa, chienne soumise (7)


    datte: 07/10/2018, Catégories: Transexuels, Auteur: tomy83,

    Émile me sourit. Il pilonne le cul de Malika et cela ne me fait rien. Pas une once de jalousie. Une ombre s’approche de moi. C’est mon chirurgien. Il est impeccablement habillé, pas comme les autres couples. Il sort de sa poche deux petites seringues remplies d’un liquide translucide. — Je vais t’injecter ce produit dans tes couilles. Ne t’inquiète pas, dans l’état que tu es, tu ne sentiras rien. C’est juste pour augmenter le volume séminal, et vu la taille de tes couilles, ça va couler. Il s’agenouille et une des deux danseuses lui tend une compresse imbibée d’alcool. Il me frotte les bourses et approche la première aiguille. Il me pique le testicule, maintenu en position par la deuxième danseuse. Il appuie fortement sur le piston et une chaleur intense m’envahit. Il réitère la même opération sur le second. — Voilà, tu as été bien sage et ça mérite une récompense. Il me contourne et j’entends le zip d’une fermeture Éclair. D’un coup il s’enfonce en moi, sans préparation, sans lubrification. Merci mon plug. Il doit être au bord de la rupture quand il me dit de regarder ma queue. Un liquide coule en permanence et les deux danseuses en récupèrent dans des verres à liqueur et les placent sur un plateau de service. J’hallucine, je ne comprends pas. — Te voilà devenu un bon toutou. HUMPH, et une bonne chienne. OUIIIII... Je sens son sperme se répandre en moi. Il se retire, vite remplacé par une autre queue. Je me retourne. C’est le frère. Il a les mains attachées dans le dos et ...
    c’est sa sœur qui le guide. Il est plus virulent que mon docteur. Je me prends à tendre mon cul vers cette verge. La sœur sirote un petit verre et s’en lèche les lèvres. Aussitôt son verre finit, elle est resservie par une fille que je ne reconnais pas. Petite et enrobée, mais si, c’est Caro. Elles trinquent et avalent cul sec. Caro, en repartant, s’approche de moi, se dresse sur la pointe des pieds et m’embrasse. Je ne cherche pas à résister. Je lui rends son baiser. — On peut trinquer ensemble ? Me demande-t-elle. — Oui... AHHHH... HUMMMM... Si... HUMMMPPPHHHH.... Vous voulez. Lui dis-je. Le frère est un sacré baiseur. Endurant. Une queue pas trop grosse, mais d’une longueur plus que respectable. Sa sœur lui donne de petites fessées. Il ahane. Caro porte à mes lèvres un verre. — Tchin-tchin, ma grande. J’ouvre la bouche et avale, d’un trait, ma liqueur. - A tout à l’heure pour les saillies. Coquine. Je compris que la soirée n’était pas finie, et loin de là. Le flot de semence, de liquide séminal ou quoi que ce soit d’autre, n’arrêtait de s’écouler de mon méat et avait même augmenté. La chaleur de mes testicules avait, elle aussi, augmenté. On remplissait toujours les verres et on s’en délectait dans l’assistance. Je jouissais en permanence. De temps en temps, une chienne tenue par son maître venait me lécher les couilles et se servir à la source. Le frérot continuait à me défoncer. Sa sœur l’avait abandonné et détaché les mains. Ses coups de reins étaient plus bestiaux. Il me ...
«123»