1. AU DELA DU CERCLE POLAIRE


    datte: 07/10/2018, Catégories: Entre-nous, Hétéro, Auteur: Poesexe,

    Cette histoire m’est arrivée, il y a quelques années. J’avais été invité par un de mes fournisseurs , avec quelques autres de leurs clients, à un voyage en Laponie. Je passerais rapidement sur la première partie de ce voyage, qui était , en fait, la partie promotion avec visite d’usines, et réunions promotionnelles pour vanter leurs produits. Nous étions trois invités, et deux accompagnateurs (ces voyages se font toujours en petit comité), tous des hommes. Après la dernière réunion, nous avons tous embarqué dans un mini-bus, direction nord. Après quelques heures de route, nous nous arrêtons à Rovaniémi, ville connue pour être celle du père Noel, mais surtout, qui est sur la limite du cercle polaire. Un de nos hôtes, nous précise alors. « Ce qui se passe au delà du cercle polaire, reste dans le cercle polaire. » Encore quelques heures de route, et nous arrivons dans une petite ville Laponne, ou nous attend notre hôtel. En recevant nos clés de chambre, nous remarquons que l’établissement est doté d’une immense piscine à vagues, avec nage à contre courant. L’organisateur nous précise qu’il y a aussi un Sauna, solarium et Jacuzzi. Nous sommes en mai, et déjà, la nuit boréale est terminée, la neige commence à fondre, et les journées sont interminables. Un peu déphasés par le voyage, et l’amplitude solaire inhabituelle, nous trainons longuement au bar, après le diner, les tournées de bière finlandaise se succédant les une aux autres. Finalement, vaincus par la fatigue et ...
    l’alcool, nous regagnons très tard nos chambres, ou personnellement, je m’endors d’un sommeil sans rêve. Le lendemain matin, c’est à dire quelques heures plus tard, nous partons dès potron-minet, pour une excursion en moto-neige. Le froid est vif en ces premières heures, et les combinaisons sont plus qu’utiles. Une fois équipés et familiarisés avec nos montures, nous partons, pour une journée de randonnée en ski-doo, dans les forêts environnantes. Cette promenande,après un début tranquille, s’intensifie, dans l’après-midi avec des vitesses plus élevées, sur des chemins étroits entre les sapins. Nous devons également faire attention aux rennes, nombreux dans cette région, et pas farouches, ce qui les rend potentiellement dangereux, alors que d’autres gibiers, plus imposants sont toujours invisibles le jour. Nous rentrons en fin d’après-midi, fourbus. Un peu de réconfort dans la piscine à vague, et nous voilà parti pour un diner, bien arrosé dans un établissement, qui fait restaurant, dancing, casino, salle de jeux, fréquenté par toute la ville, en l’absence d’autres sources de loisirs. La soirée est joyeuse, et nous apprenons , de visu que les femmes laponnes sont de solides matrones à la carrure de bucherons, et non des tops modèles scandinaves, comme nous les imaginions. Le lendemain, nous partons, plus tôt encore, pour aller plus dans les steppes, et sur les lacs. Nous pensions faire de la vitesse mais, nous devons aussi alterner avec des passages plus techniques, sur la glace qui ...
«1234...»