1. Femme BCBG, escorte, non, pute (125)


    datte: 08/10/2018, Catégories: Entre-nous, Hétéro, Auteur: CHRIS71,

    • Allo Christine c’est Livia, n’oublie pas que cette après-midi tu as cours de conduite dans le bois de Vincennes. C’est au moment où je sors du sex-shop à deux pas de ma voiture que Livia m’appelle. • J’y pense, je serais à l’heure je veux passer mon permis le plus vite possible. • Veux-tu progresser plus vite ? • Plutôt deux fois qu’une, tu as une proposition à me faire. • Je vais chez moi à Honfleur, plus précisément à Villerville, je pars vendredi à 17 heures et je reviens dimanche soir, je t’emmène et nous sortirons faire de la moto le soir à la tombée de la nuit. • Sans permis ? • Ma maison donne sur la mer, la route côtière passe devant et il y a une descente pour les bateaux à moins de 200 mètres donne sur la plage où nous pourrons rouler sans voir le moindre promeneur alors les flics encore moins. Tous les ans je m’entraîne pour le Touquet, on va s’amuser. • Je veux bien, mais si pour aller là-bas tu respectes les limitations de vitesse. • Juré. • Viens à l’institut je laisserais ma voiture. Je récupère cette même voiture et je rejoins l’institut dont je viens de parler. Je suis contente, les deux jours vont calmer mon stress avant le départ pour Moscou, prendre un grand bol d’air en bord de mer me fera du bien. Il devient urgent de trouver un gîte pour Aliou car il est impossible que je le laisse avec les deux petites, laisser le loup dans la bergerie c’est prendre un risque surtout avec marraine qui est amoureuse et qui risque de lever sa garde. • Bonjours madame ...
    que voulez-vous, vous avez rendez-vous ? À c’est vous Christine, vous êtes en retard, la patronne vous a viré et m’a embauché à votre place, vous pouvez passer à la comptabilité toucher votre solde. • Si je perds ma place mademoiselle Ophélie, je vais me trouver à la rue et je serais obligé de vendre mon corps pour survivre, ayez pitié de moi. Nous tombons dans les bras l’une de l’autre, les filles éclatent de rire, il est temps que nous trouvions l’autre institut car surtout avec les travaux c’est un peu le boxon surtout pour les clientes mais qui comprennent que c’est dans leur intérêt à long terme il faut savoir faire abstraction des difficultés. • Bonjour Christine, cette employée vous a-t-elle manqué de respect. • Oui mademoiselle, êtes-vous nouvelle ici, votre prénom ? • Maman m'a appelé Katia, voulez-vous que je m’occupe de vous ? • Quelle est votre spécialité ? • Les caresses sur les chattes des jolies filles comme vous, venez une cabine vient de se libérer. • Christine te voilà, j’aime bien tes petites, surtout depuis les vacances de rêves que tu nous as faits passé mais entre les travaux et elles, je crois que je vais exploser. • Viens Ophélie, laissons ces vieilles rombières entre elles, je connais un petit café où un beau mac nous attend. Katia me regarde et me tire la langue comme une petite fille peu sage. • Et faire les boutiques du quartier, aimeriez-vous ? Ophélie met ses mains dans son jean et retourne les poches. • 10 € à peine deux cafés dans ce quartier. • ...
«123»