1. Chap 27 : Les confidences d'Amélie.


    datte: 08/10/2018, Catégories: Humour sexuel, Masturbation, Voyeur / Exhib / Nudisme, Auteur: BreizhouXXX,

    Lundi matin, Amélie se prépare tranquillement dans sa salle de bain avec une étonnante joie de vivre. Habituellement, elle a horreur du premier jour de la semaine, mais après le weekend qu'elle vient de passer, elle se sent libre, soulagée, heureuse. Elle a une pêche d'enfer. Elle allume son petit poste radio, retire son peignoir et se faufile sous la douche. L'eau est à bonne température, Amélie se savonne en poussant la chansonnette. En se rinçant, elle repense à celui qui l'a fait jouir comme une folle. Elle ne le reverra sans doute jamais, mais son souvenir risque de lui donner chaud pendant quelques temps, comme à cet instant.Elle sent le désir se propager en elle, ses mains empaument ses magnifiques seins, elle les chérit avec volupté en sentant sa minette s'humidifier, impatiente d'accueillir ses longs doigts fins. Elle n'est pas une grande adepte des plaisirs solitaires et pourtant c'est déjà la sixième fois depuis le vendredi soir qu'elle se masturbe. Adossée contre le mur, le pommeau arrosant son corps, elle se pourfend à deux doigts et jubile sa petite mort avant d'attaquer cette nouvelle semaine.Amélie est une jeune femme de 25 ans, une belle brune plantureuse aux origines italiennes. Elle vient d'un petit village près de Nice et vit en région parisienne depuis plus d'un an. Ca ne l'enchantait pas, mais pour exercer son métier de professeur d'histoire-géo, elle n'a pas vraiment eu le choix. Et finalement, elle s'y fait bien à la vie dans la capitale.Amélie ...
    rêvasse dans le métro qui la conduit vers son collège. Elle est apaisée et savoure cette belle journée qui commence. Elle est presque ravie de retrouver ses élèves qui lui donnent tant de fils à retordre.En entrant dans la salle des profs, Amélie retrouve Marie, sa collègue prof d'anglais et néanmoins amie. Une petite blonde de 29 ans, un peu boulotte, picarde et totalement délurée.- Salut Marie, la forme? Tu as passé un bon weekend?- Oui c'était sympa, mais j'ai trop la tête dans le cul, il va me falloir des litres de café aujourd'hui.- Toi tu as encore fait des folies? Sourit-elle.- Grave, j'ai rencontré un beau black en boîte, il m'a démontée toute la nuit.- Celle-là alors, tu ne t'arrêtes jamais.- Qu'est ce que tu veux, quand on aime, on ne compte pas. Et toi, ton weekend?- Terrible. Figures-toi que tu parles à une femme célibataire?- Non, c'est vrai, tu as enfin largué ce connard de Grégoire?- Et oui.- Depuis le temps que je te dis que c'était pas un mec pour toi, 6 mois que tu étais avec lui, 6 mois que je te dis que c'était pas un mec bien.- Oui, bah j'en ai appris de bonnes sur lui, je suis pas prête de le revoir cet enfoiré. Si tu savais tout ce qu'il a dit sur mon dos.- Je me suis toujours méfier de lui, je me doutais qu'il était fourbe et malhonnête.- En tout cas, je me suis bien vengée, avant de le quitter, je me suis fait son pote...- Quoi? Non pas toi, tu n'as pas fait ça?- Si, si, samedi soir.- Madame j'ai horreur des mensonges, des tromperies, où sont passés tes ...
«1234»