1. l'inconnu du Train (1)


    datte: 09/10/2018, Catégories: Gay, Auteur: granpolla,

    Je sors de la douche, quand Julie m’interpelle : -Écoute, Martin, je crois que tu ne m’aimes plus ! J’ai l’impression étrange qu’elle s’adresse à mon organe le plus intime en lui demandant pourquoi il ne dresse pas le chapiteau rien qu’en la voyant ! -Julie, je sais, les apparences sont trompeuses mais je t’aime encore beaucoup. En lui disant cela, je sais qu’en réalité elle a raison : nous faisons l’amour moins souvent, et avec moins d’intensité qu’avant. C’est surtout quand elle me taille une pipe que je le ressens : Julie n’y met aucune énergie, aucune application ! La fin de notre histoire est inéluctable. Nous nous donnons une dernière chance : juste une semaine pour voir. Mais force est de constater que notre entente ne s’améliore pas tant du point de vue sexuel que du point de vue sentimental. Alors nous nous quittons d’un commun accord. Une semaine après, pour me changer les idées, je pars chez des amis dans le Sud. Je me rends à la gare et je m’installe tranquillement. J’écoute de la musique, j’avale un sandwich. Au bout d’une heure, je remarque un homme d’environ quarante ans installé dans ma travée, qui me sourit de façon appuyée. Il est baraqué et, en même temps, il a un côté un peu efféminé et très charmeur. Je voudrais l’ignorer mais par politesse, je tourne la tête vers lui avec un petit sourire. Il se décide à entamer la conversation : -Vous partez en vacances ? dit-il. -Je vais voir des amis. J’apprends qu’il se nomme Philippe, qu’il est commercial dans une ...
    boîte de parfums et qu’il descend dans le Sud pour rencontrer des clients. Il est séparé de sa femme depuis plusieurs années. Je m’installe à côté de lui et je lui parle de mon travail, de ma séparation. Au bout de quinze minutes, nous sommes comme de vieux amis qui savent tout l’un de l’autre. Je le trouve charmant, et je crois que je lui fais de l’effet. Je ne suis même pas surpris quand il met la main sur ma cuisse. Je pourrais l’écarter d’un geste... Mais je le laisse faire ! -Ça ne se passe pas bien avec ta copine ? dit-il. -Non, pas trop. -Vous ne faîtes plus l’amour ? -De moins en moins. -Pardonne-moi cette question : est-ce qu’elle te taille souvent des pipes ? -Oui. Mais je n’aime pas trop sa façon de faire. Trop mécanique ! -On peut peut-être arranger ça ? Alors, sans que je m’en aperçoive, sa main vient se placer sur mon entrejambe et je la sens à travers mon pantalon : il me caresse avec doigté. Il ne faut pas plus de quelques secondes pour que je me sente à l’étroit dans mon caleçon. -Mets-toi à l’aise, personne ne nous voit ! me dit Philippe. Je regarde autour de nous : il y a seulement deux personnes du troisième âge à l’avant du wagon. Nous sommes tranquille : je peux baisser mon pantalon et mon caleçon. Ma queue enfin libérée jaillit comme un diable de sa boîte. Philippe me regarde et il semble étonné comme s’il ne s’attendait pas à me voir aussi bien monté. Il s’apprête à me tailler une pipe : il descend vers moi et prend ma queue avec sa bouche. Personne ne ...
«12»